•  

     

    Quand je vous disais que les annuelles regorgent de merveilles...

    Celle-ci est une silène bien moins connue que la dioica qui orne nos bords de route parfois ici.

    Elle est très facile à semer. Son seul défaut si c'en est un, c'est d'être mini mini.

    D'où l'intérêt de la cultiver en pot et de pouvoir l'exposer à hauteur des yeux.

    A noter qu'on la trouve aussi parfois sous d'autres noms : 

    Silene anglica L., Silene quinquevulnera L., Silene lusitanica L..

     

    Silene gallica

     

    Silene Gallica

     

     

    Silene gallica            Silene gallica

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Mon Phénomène Rouge n'a jamais été aussi beau que cette année !

     

    Plus beau chaque année

     

    C'est à l'ombre que je le préfère.

     

    Plus beau chaque année

     

    Ses fleurs aux belles étamines exhalent un doux parfum.

    Le violet des népétas (Nepeta "Six Hills Giant") lui va bien au pied.

     

    Plus beau chaque année          Plus beau chaque année

     

     

    Son feuillage est extraordinaire. Il reste beau très longtemps comme pour la plupart des Rugosa.

     

    Plus beau chaque année

     

    Je ne suis pas la seule à adorer ses étamines !

     

    Plus beau chaque année

     

     

     

    Et surprise... un  peu plus loin...

     

    Plus beau chaque année

     

    Un beau rejet que je séparerai à l'automne et je sais déjà à qui je vais l'offrir.

    Mais chuuut ! Elle ne le sait pas encore !

    Indice : son prénom commence par M et elle a deux magnifiques lutins.

     

     


    18 commentaires
  •  

     

    Douceur des molènes

     

     

    Une scène qui m'a beaucoup plu fin mai (je n'ai pas eu le temps de vous la montrer avant).

     

     

    Douceur des molènes          Douceur des molènes

     

     

    Douceur des molènes          Douceur des molènes

     

     

     

    Douceur des molènes          Douceur des molènes

    Verbascum phoeniceum 

     

    Douceur des molènes

     

     

    Ah oui, j'ai oublié de vous dire :

    les molènes poussent dans une vase sur la terrasse en bordure de massif.

    (Souvenez-vous dans "des Compagnes pour mes Roses" : 

    c'est un de mes trucs pour agrandir les mixed-borders)

     

     

    Douceur des molènes

     

     

    Elles se sont reposées sur le gros nuage de cerfeuil sauvage (Anthriscus sylvestris).

     

    Douceur des molènes

     

    Les Verbascums terminent leur floraison que commence à fleurir le rosier Purple Blush à l'arrière.

     

    Douceur des molènes            Douceur des molènes

     

     

    Douceur des molènes

     

     

     

    Douceur des molènes

     

     

    Douceur des molènes

     

     

    Douceur des molènes

     

     

    A la droite du rosier, l'ombellifère rose, c'est Pimpinella major 'rosea'.

     

    Douceur des molènes           Douceur des molènes

     

     

    Douceur des molènes

     

     

     

    A son pied, un délicieux peti Nemesia (Lychee).

    Tous les deux poussent aussi en pot.

     

    Douceur des molènes           Douceur des molènes

     

     

    Le fond mauve à l'arrière-plan, c'est le Geranium phaeum 'Blauwvoet'.

     

    Douceur des molènes

     

     

     

    Douceur des molènes          Douceur des molènes

     


    15 commentaires
  •  

     

    Bleu de Delph

     

    Ne me demandez pas leur nom. Ils sont issus de Semis du SOL

    où Daniel (eh oui, y a pas que les roses) les proposait.

     

    Bleu de Delph          Bleu de Delph

     

     

    Un bleu incroyablement fascinant !

    Très jolis avec l'abricot du rosier Emmanuel.

    Très hauts aussi (environ 2m), bien plus haut que les Delphinium Augenweide à gauche.

     

    Bleu de Delph          Bleu de Delph

     

    Hélas, les vents très forts que l'on a connu les ont fait plier. J'ai été obligée d'en mettre deux tiges en vase.

    Et j'ai laissé le reste qui a continuer de fleurir.

     

    Bleu de Delph

     

     

    Bleu de Delph

         

     

     

     

     


    22 commentaires
  •  

     

    Planté récemment, j'ai vraiment été surprise du développement de cette plante.

    Rien à voir avec les delphiniums classiques.

    Déjà au niveau feuillage, on dirait un Phlodendron !

     

    Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !

     

     

    Et puis, quand la tige florale apparaît, elle ne correspond en rien avec les pieds d'alouette :

     

    Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !            Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !

     

    Puis elle s'allonge encore et encore.

     

    Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !

     

    C'est alors que les fleurs commencent à pointer.

     

    Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !           Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !

     

     

    Il a une allure folle.

     

    Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !

     

     

     

     

    Question coloris, ses petites fleurs bleu gris s'accordent avec tout.

     

    Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !           Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !

     

     

     

    Je ne l'avais pas imaginé si haut (1m80) et donc j'aurais dû le planter moins à l'avant-plan.

     

    Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !           Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !

     

     

    Delphinium requienii, beaucoup plus qu'un simple pied d'alouette !

     

     

     

     

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique