• Tête-à-tête : Renaud de Kerkhove

     

     

    J'ai décidé d'ouvrir une nouvelle rubrique sur le blog. 

    Après le succès des portraits d'anciens du Seeds of love durant les mois d'hiver, j'ai pensé élargir ce style d'interviews au fil de mes rencontres. Jardinesques ou autres.

    Mon statut de blogueuse relativement connue et maintenant d'auteure (de best-sellers comme disent certains de mes joyeux amis !) m'a ouvert des opportunités :

    celles de rencontrer des personnes formidables, connues ou pas. Certaines d'entre elles m'ont particulièrement touchée, émue par leur passion, leur engagement dans leur domaine.

    Pour inaugurer cette nouvelle rubrique, j'ai choisi une personne extrêmement sympathique et chaleureuse pour laquelle j'ai beaucoup d'admiration.

     

     

    Cette silhouette élégante, tous les amateurs de fêtes des plantes 

    la reconnaîtraient entre mille !

     

    Tête-à-tête : Renaud de Kerkhove

     

     

     

    Quand on le croise, il ne faut pas manquer de le saluer.

    Monsieur le Comte de Kerchove de Denterghem est quelqu'un de très abordable.

     

    Tête-à-tête : Renaud de Kerkhove

     

     

     

    Lors de ses Journées des Plantes, le domaine de Beervelde est ouvert 

    aux amoureux des plantes et de la nature en général car

    ce parc est vraiment fabuleux.

    (Pour en voir plus, cliquez ici)

     

    Tête-à-tête : Renaud de Kerkhove

     

    N'avez-vous jamais pris le temps durant ces journées de mai

    d'admirer les magnifiques tapis de scilles ?

     

    Tête-à-tête : Renaud de Kerkhove

     

     

    Malgré son agenda chargé en cette période, Renaud a pris le temps de répondre 

    à ma petite interview en toute simplicité et je l'en remercie infiniment.

     

     

    Depuis quand existent les Journées des Plantes de Beervelde ?

     

     Après le décès de mon père, j’ai quitté Bruxelles en 1988 pour essayer de faire de la propriété qu’il avait à Beervelde autre chose qu’une résidence secondaire.

    Les premières Journées des Plantes ont eu lieu en juin 1989.

     

     

    Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de les organiser ?

     

     Un ami français, après avoir vu Beervelde, m’a dit d’aller voir ce que Patrice et Hélène Fustier réalisaient à Courson. 

    Ce n’est pas très original, mais c’est comme cela. Et nous sommes des centaines à être dans ce cas. Rendons à César ce qui est à César.

     

     

    Imaginiez-vous à l’époque qu’elles remporteraient un jour un tel succès ?

     

    Je n’oserais pas parler de ‘succès’. Tout ce que je peux dire, c’est qu’au départ, cela a grandi tout seul, sans que cela ait été calculé, programmé au départ. Il y a eu, au départ, des années incroyables où, sans effort particulier, nous avions 2.000 visiteurs de plus à chaque édition. Nous sommes passés de cette manière de 2.000 à 24.000. Maintenant, cela s’est stabilisé autour des 20.000.

     

     

    Quelle est votre plus grande fierté par rapport à cette réussite ?

     

     ‘Fierté’, c’est, de nouveau, un mot que je n’utiliserais pas. J’ai énormément de chance que la propriété se prête aussi bien à la tenue de grandes Journées des Plantes. Je suis très content que la propriété puisse aider des horticulteurs et autres artisans à rentrer en contact avec des clients. Et je suis très content aussi que la propriété se prête à rendre des gens (notre public) heureux. Tout cela est très motivant pour tous ceux qui travaillent avec moi.

     

     

    Comment envisagez-vous l’avenir pour votre fête des plantes ?

     

    Pour le moment, j’ai une excellente équipe autour de moi, je suis en bonne santé (j’aurai 68 ans en juillet), il y a un public pour ce que nous faisons et les embarras causés par les autorités sont jusqu’à présent supportables. Alors, que voulez-vous que je réponde ? On continue et on espère qu’elles pourront continuer un jour sans moi.

     

     

    Ce week-end, serez-vous aussi à la recherche de la perle rare pour introduire dans votre magnifique parc ?



    Vous parlez d’une plante ? Non, je ne cherche pas une plante particulière. Mon job, c’est d’offrir un showground (aussi bien le parc que les bâtiments) bien entretenu et aussi beau que possible qui puisse servir de cadre aux Journées des Plantes. Acheter des plantes lors de Journées des Plantes, ici ou ailleurs, c’est pour se faire plaisir. Je n’ai pas d’ambitions ‘botaniques’.

     

     

    De combien de temps votre parc a-t-il besoin pour se remettre d'avoir été foulé par 20 000 visiteurs ?

     

    A ce niveau, de nouveau, j’ai beaucoup de chance. Le terrain est relativement sablonneux. Quand il a plu, l’eau s’évacue rapidement, ce qui fait que nous n’avons pas de problèmes d’ornières provoquées par les véhicules roulant sur l’herbe.
    Après les Journées, on voit le passage des visiteurs entre les stands mais trois semaines plus tard, cela a disparu.

     

     

    Combien de personnes œuvrent pour l'organisation d'un tel événement ?

     

    Deux jardiniers qui font l’entretien du parc (des plantations).
    Les derniers jours ils reçoivent du renfort, y compris celui d’un électricien pour tout mettre en place.

    Deux employés.

    Comptabilité : ¼ temps

    Administration relative aux exposants et fournisseurs : ½ temps

    Communication (campagne de promotion) : ½ temps

    Et moi qui me partage entre le bureau 4/5 et le jardin 1/5.

    Plus évidemment des fournisseurs externes divers tels qu’ imprimeur, monteurs de tente, traiteur etc…

    Durant l’événement, le nombre de personnes monte évidemment (gens au parking, aux caisses, aux crèches, aux toilettes…).

    Il y a certainement des Journées des Plantes organisées avec des structures plus légères mais ici, on aime comme on fait pour le moment.

     



    On vous rencontre toujours très souriant et enthousiaste. Le thème de cette année – la Vie en Rose – est-ce votre philosophie de vie ?

     

     Attention. Sous le terme ‘La vie en rose’, on peut comprendre deux choses différentes.

     

    • La manière dont on voit les choses quand on est amoureux. Les effets de la dopamine.
      Ce que j’en pense ? Redoutables. A essayer d’éviter.
    • La manière bouddhique de voir les choses. Se réjouir de petites choses que l’on a et ne pas toujours courir derrière ce que l’on n’a pas.
      Et moi là-dedans ? Vous ne m’avez jamais entendu dire ‘Je vais mourir’ ? Quand je dis cela, je ne pense pas à ma fin, je pense juste ‘C’est trop, trop de choses qui devraient être faites et que j’aurai du mal à faire’. Bref, j’ai encore du chemin à faire.

     

    Il parait que je suis perfectionniste.
    Donc jamais satisfait. Je vois toujours quelque chose qui doit être fait.

    Ce matin, il fait beau. Conditions idéales.

    Je dis bonjour à un ami-entrepreneur de jardin qui vient en sous-traitance d’un exposant.

    Il me demande comment ça-va. Je lui dit : « Je suis énervé parce qu’il y ça et ça et ça qui ne se déroulent pas comme je le veux. »

    Je le quitte en lui souhaitant une bonne journée.

    Il me répond : « A vous aussi, un bonne journée ».

    Je comprends qu’il veut me dire : « Réjouissez-vous du soleil, de la super météo annoncée au lieu de vous ronger les sangs ».

    Je lui réponds : « Je n’en peux rien, c’est le caractère ».

    Il ajoute en utilisant une expression flamande que j’aime bien: « Het is de aard van het beestje » (C’est la nature de la petite bète).

    Donc, vous voyez, la vie en rose, je n'y suis pas. Pas encore…

     

     

    Merci beaucoup, Renaud et à vendredi !

     

    Tête-à-tête : Renaud de Kerkhove

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 4 Mai à 05:51
    Laurence

    Tu as encore eu là une excellente idée de rubrique ! Grâce à toi, j'ai appris des choses sur Beervelde et sur Monsieur le Comte, merci Isa !
    Mais ce que je retiens, ce que je ne dois pas être la seule à être contente de bien connaître une désormais célèbre blogueuse !!! happy
    Bon long WE, profite bien !

    2
    villamaux
    Mercredi 4 Mai à 07:23

    très bonne idée très très bonne idée

    un plaisir de plus à visiter ton blog chaque jour  - j'en suis à plusieurs fois par jour - même si on ne manque pas de courage ça stimule et on dit quoi "merci Isa"

    bienheureux le jour où j'ai trouvé ce petit livre carré ROSES sur le rayon d'une jardinerie

    il va faire beau ce week-end l'ambiance n'en sera que meilleure

     

    3
    Mercredi 4 Mai à 07:43

    Bonjour Isabelle, très bonne initiative d'avoir rédiger cet interview de notre ami Renaud de Kerkhove. Il est très fidèle au  personnage, et c'est bien vrai que le maître des lieux est très abordable, même pendant les journées des plantes.  Tu as eu  là une très bonne idée  de relater "ce tête à tête" et je 'invite a persévérer..... au plaisir de te rencontrer au détours d'une allée dans le très beau Parc de Beervelde à l'occasion de la journée des plantes des 6,7 et 8 mai.

    Amitiés Didier .

    4
    Martine Marechal
    Mercredi 4 Mai à 07:43
    C'est très intéressant !! Je suis contente de mieux connaître ce " personnage" et j'espère avoir la chance et le plaisir de le croiser " en vrai" un prochain jour .
    5
    caroline Pixies
    Mercredi 4 Mai à 08:07

    C'est une bonne idée de rubrique. Bon mercredi

    6
    isabelle thalasso
    Mercredi 4 Mai à 09:04

    Intéressant et sympathique, cette idée que tu as là, Isabelle. Cela permet de découvrir l'envers du décor, si je puis dire. Et un chouette Monsieur. Merci et bonne journée.

    7
    evelyne
    Mercredi 4 Mai à 11:13

    Moi aussi, je trouve cette nouvelle rubrique fort intéressante,

    je ne connaissais pas cet homme qui prête si généreusement sa propriété , sans ce beau domaine, cette fête des plantes ne serait pas ce qu'elle est!

    Bravo et merci à lui !

    Et à toi aussi!!!!!!!!!!!!

    8
    marie-thérèse desvig
    Mercredi 4 Mai à 12:56

    excellente idée de nous faire mieux connaître nos "amis" facebook

    9
    Mercredi 4 Mai à 15:28

    Isabelle c'est une super idée. Tu rencontre tellement de belles personnes passionnées que je n'oserai jamais aborder. C'est exactement les questions que j'aimerai poser. Cette première interview est vraiment intéressante. Merci à ce grand monsieur d'avoir dévoilé quelques "secrets". J'ai hâte de lire les prochaines interviews. Merci. Bisous

    10
    Emmanuelle
    Mercredi 4 Mai à 21:57

    Une idée superbe car on ne voit pas toujours l'envers du décor  le travail que cela représente un telle organisation ,ce parc est merveilleux  merci à ce grand monsieur de dévoilé une part de des journées bien remplies

    11
    béatrice
    Jeudi 5 Mai à 17:07

    Chouette idée, j'aime beaucoup ces petites interviews! Il a l'air charmant, simple et abordable  ce Monsieur de Kerkhove. 

    Merci à vous. Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :