• Reconnaissance en Inde pour Warren

     

     

    Notre ami Warren a eu la chance d'être publié dans la revue annuelle de la Société des Roses Indienne.

    Un article très intéressant que je vous traduis plus bas.

    A la lecture, on réalise tout son génie et sa passion.

     

    Reconnaissance en Inde pour Warren        Reconnaissance en Inde pour Warren    Reconnaissance en Inde pour Warren

     

    Reconnaissance en Inde pour Warren     Reconnaissance en Inde pour Warren 

     

     

        

    Hybrider pour la prochaine génération de roses par Warren Millington (DRG) Dynamic Rose Genetics

     

    En 2014, un voyage en Europe avec notamment quelques jours à l’Europa Rosarium, auparavant connu comme la Roseraie de Sangerhausen, a ouvert mes yeux dans une nouvelle direction de l’hybridation. Le printemps et l’été avaient été les pires saisons depuis longtemps pour la maladie des taches noires (Diplocarpon rosae), infectant bon nombres de rosiers. Mais de cette crise, des cultivars se distinguaient du reste et c’était ceux de xhez Lens Roses, Noack, Tantau et Kordes.

    A mon arrivée, de retour en Australie, j’ai pris du recul et réexaminé mes stratégies d’hybridation pour les dix années suivantes et j’ai réalisé qu’il n’y avait qu’un seul chemin à suivre, regarder les cultivars utilisés par ces hybrideurs et les appliquer aux miennes.

    Mon but a toujours été de développer des cultivars pour le jardin qui seraient très florifères, auraient des floraisons parfumées, présenteraient une grande résistance aux maladies et aussi une grande vigueur au point de vue développement. Ces dernières années, j’ai aussi travaillé sur des rosier Thé et Noisette qui toléreraient des températures très basses et conviendraient aux pays du Nord de l’Europe. Cela a été réalisé en croisant des rosiers Thé et Noisette avec des hybrides botaniques Nord-Américains de troisième génération et des hybrides de rugosa de deuxième génération. Il y a aussi eu un apport de matériel génétique d’hybrides de moschata, d’hybrides de multiflora et d’hybrides de wichuraiana.

    Ces neuf dernières années, j’ai travaillé sur les rosiers botaniques virginiana dont le but est de développer une lignée de cultivars résistant aux maladies et au froid. Les progrès ont été très bon puisque une lignée a présenté des floraisons remontantes dès la deuxième génération tandis que la plupart n’en montrent qu’en troisième génération. Les coloris et les formes des fleurs ont aussi été remarquables. Les formes allaient des roses simples à semi-doubles et puis, vers des roses pleines en troisième génération. Les coloris allaient du rose pâle à un rose plus soutenu, aux rouges, jaunes, oranges avec des camaïeux de jaunes et différent tons d’abricot. Une chose que j’ai remarqué chez ces hybrides de virginiana dès le début, c’est leur capacité d’accepter du pollen diploïde de cultivars dérivé de multiflora, wichuraiana, d’hybrides de moschata et de rosiers botaniques.

    La descendance de ceux-ci présentait une très grande vigueur et résistance aux maladies.

     

    Reconnaissance en Inde pour Warren

     

    Reconnaissance en Inde pour Warren

     

    Sur les photos ci-dessus, il s’agit d’hybrides de virginiana de troisième génération.

    Pour le moment, j’ai utilisé des semis de Rosa tunquinensis avec une lignée de Kathleen X Paul’s Hymalayan Musk avec des résultats très intéressants. Jusque-là, la descendance a présenté de bons signes de vigueur et de résistance aux maladies ainsi que des schémas de développement similaires aux hybrides de wichuraiana dont on connaît les facultés d’étalement.

     

    Reconnaissance en Inde pour Warren

    (Kathleen X Paul’s Hymalayan Musk) X Rosa tunquinensis

     

    Il y a aussi des fois où il est nécessaire de produire ce que j’appelle des cultivars de transition. Ce sont des variétés produites à partir de cultivars ou de rosiers botaniques qui ont montré des difficultés à s’insérer dans la lignée d’hybridation. Un exemple de ceci, c’est Rosa forrestiana. Ce formidable rosier botanique m’a posé des problèmes pendant près de dix ans où j’ai essayé d’obtenir une descendance mais en vain. Cette année, un semis de (Kathleen X Paul’s Hymalayan Musk) X Rosa tunquinensis, a germé de manière assez prometteuse. Une autre approche qui a apporté de bons résultats fut l’hybridation de Rosa willmottiae avec Rosa forrestiana. Il a fleuri tôt comme un Rosa willmottiae avec le charme du feuillage et de la couleur des fleurs de Rosa forrestiana. Il a été grandement utilisé ce printemps comme pollinisateur.

     

    Reconnaissance en Inde pour Warren

    Ci-dessus : Rosa willmottiae X Rosa forrestiana hybrid

     

    Cette année va être très passionnante pour moi car différentes lignées d’hybridation vont être croisées avec l’espoir de créer de nouvelles variétés de roses qui enrichiront un jour, les jardins des générations futures.


  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Février 2018 à 05:21
    Laurence

    Son explication de ses différentes hybridations est très intéressante, on apprend des choses mais pas sûre que j'ai tout compris... Chacun son métier, hein ! wink2
    Bonne semaine, Isa et bon courage ! Bisous !

    2
    Lundi 26 Février 2018 à 06:55

    vraiment des choses et des roses qui me donnent le frisons

    mais je vais encore craquer dans les semaines à venir 

    3
    monique
    Lundi 26 Février 2018 à 07:53

    Admirative devant la  magnifique passion de Warren.  Merci pour toute cette beauté. Très intéressant.

    4
    Isabelle Thalasso
    Lundi 26 Février 2018 à 08:15

    C’est en lisant de tels articles que l’on réalise l’universalité de la rose, de tous temps, dans tous pays. C’est magnifique et aussi très intéressant de découvrir comment Warren ´pense  ses créations. 

    5
    Lundi 26 Février 2018 à 08:33

    C'est très technique et effectivement on comprend tout le génie qu'il faut pour créer celles qui nous enchante. Bravo warren.  Merci Isabelle pour cette traduction.  Bisous 

    6
    Emmanuelle
    Lundi 26 Février 2018 à 18:04

    Quelle passion Warren et les roses c'est vraiment un métier à part pour moi .A mon avis de part le monde il commence à être bien connu .

    Merci pour cet article moi complètement novice dans tout les termes  pour les roses  moins facile pour moi à tout comprendre mais je suis ravie de ce succès bien mérité .

    Bisous Isabelle

      • Lundi 26 Février 2018 à 18:14

        Warren suscite en effet le respect chez ses collègues qui doivent bien l'envier quant aux résultats obtenus.

        Ce qu'il faut savoir, c'est que tous les hybrideurs n'ont pas sa science. Beaucoup croisent et sèment par milliers au petit bonheur la chance.

        Chez Warren, rien n'est laissé au hasard. Il sait exactement où il va quand il croise des rosiers entre eux.

        Un jour, il a tenté de nous expliquer à Daniel et à moi, ses histoires de chromosomes et on s'est regardés ébahis : on n'y comprenait que dalle ! he

        Bonne soirée, Emmanuelle ! Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :