•  

     

    ... quelle importance attachez-vous au calibre quand vous achetez des bulbes, des tubercules ?

    Avez-vous eu de meilleurs résultats avec de plus gros bulbes ou pas nécessairement ?

    Etes-vous prêts à payer un peu plus pour des bulbes plus gros ?

     

    Il y a deux semaines, alors que je publiais sur FB cette photo des tubercules de Dahlias que je venais de recevoir de chez Frans (Zeeland Dahlia) et que j'en vantais la belle qualité, je fus interpellée par un grossiste en bulbes qui livre notamment chez Floralux et qui m'énonçait un truc que je n'avais encore jamais entendu avant, à savoir que le calibre du dahlia n'avait pas d'importance !!! Je le cite :"Au final, le calibre d’un dahlia n’est pas très important, que du contraire. J’ai souvent de meilleurs résultats avec mes nouveautés que mes gros calibres que je rentre en automne chaque année."

     

    Dites-moi...

     

    C'est donc ce qui m'a donné l'idée de ce Dites-moi.

    Si on ne tient pas compte du fait que le monsieur pestait un peu que je fasse de la pub pour ce petit producteur et qu'il n'était pas très objectif, je suis curieuse de lire vos expériences à ce sujet.

    Moi, j'ai toujours cru que le calibre avait de l'importance. C'est pas pour rien que de plus gros bulbes sont en général un peu plus chers.

    Avec Fabienne, on a fait une commande groupée chez Bulbi cet automne et on a remarqué que si les prix étaient hyper intéressants, nos bulbes de tulipes étaient nettement moins gros que ceux achetés chez Epimedium, Promesse de Fleurs et Peter Nijssen (Ah oui, cette année, on a de quoi comparer !) Ce printemps, on pourra vous confirmer si oui ou non, il y a une différence dans la floraison et la qualité des fleurs.

     

    Dites-moi...          Dites-moi...

     Chez Daniëlle (Epimedium), les bulbes de toutes sortes sont de gros calibre

     

     

    Maintenant, c'est vrai qu'on peut faire de bonnes affaires dans les jardineries aussi et la semaine passée, j'avoue, je me suis lâchée chez Famiflora.

    Le truc c'est d'aller en tout début d'arrivage et de pouvoir choisir les plus beaux tubercules.

     

    Dites-moi...

     

     

    Chez Aldi, c'est quitte ou double. On peut parfois très bien réussir comme le contraire.

     

    Dites-moi...        Dites-moi...

     

     

    Mais pour revenir à cette fameuse théorie que le calibre du tubercule n'aurait pas d'importance,

    je ne suis toujours pas convaincue.

    Je cultive les dahlias depuis de nombreuses années et j'ai toujours pu constater que les plus anciens, les plus gros étaient plus florifères.

    Tous ceux qu'il m'est arrivé de perdre, c'est parce qu'au départ, ils étaient rikiki.

    Et aussi, toutes les nouvelles variétés ne sont pas nécessairement meilleures que les grands classiques.

    Cependant, j'aime bien tester les nouveautés tout en gardant mes valeurs sûres.

     

    Dites-moi...

     

     

     


    15 commentaires
  •  

     

    ... pour vous, la taille, est-ce vraiment un détail ?

    Avez-vous déjà fait l'expérience, par manque de courage ou contraint par la force des choses,

    de ne pas tailler une année vos rosiers ?

    Quid de la floraison qui s'en est suivie ?

    Avez-vous déjà fait des bêtises en taillant ?

     

    Ces derniers temps, cette phrase que Daniel répétait si souvent, nous est venue telle un mantra après les tragiques événements.

    Beaucoup d'entre vous, sur le net ou quand je les croisais, me disaient : je n'oublierai jamais : la taille est un détail...

    Personnellement, au début que j'ai connu Daniel, j'en étais encore à consulter plusieurs manuels de jardinage sur la question, faisant même des photocopies, fluottant les passages importants pour tenter de rendre les explications moins indigestes ! Si vous avez écouté ses émissions radios, alors, vous l'avez entendu dire de ne surtout pas aller voir le chapitre taille dans les manuels.

    Puis, ce fut la révélation. Il avait l'art de dédramatiser et de rendre simple cette partie de soins aux rosiers. Avec lui, le sécateur ne tremblait plus dans nos mains. On savait qu'on ne pouvait mal faire, sauf si on taillait une branche charpentière d'un rosier grimpant à son extrémité. C'était la seule restriction.

    Alors, vous vous doutez bien que la semaine passée où j'ai entendu, dans une vidéo en live pour une grande enseigne française, un ami (ben, oui, je l'aime bien, P-A) commencer son speech en disant que la taille des rosiers, c'est très important (déjà là, j'ai souri au contraste avec Daniel) et ajouter... pour avoir des rosiers en bonne santé... alors, là, j'ai cru entendre Daniel me dire à mon oreille : Isa, faudra qu'on lui explique... (lien FB vers la vidéo ici : https://www.facebook.com/truffautfr/videos/2423092481335507/)

    Je vais quand même avouer que la vidéo en question est très bien faite. Les gestes techniques sont précis et bien clairs.

    Mais il manque quelque chose d'HYPER important...

    Quand Daniel abordait le sujet de la taille, il nous sortait sa phrase et bien avant de donner quelques conseils techniques, il insistait fortement sur ce qui va faire que vous aurez des rosiers bien sains, nécessitant moins de traitements (bios bien sûr) à savoir NOURRIR correctement la terre de vos rosiers (ça pourrait d'ailleurs faire l'objet d'un autre Dites-moi). "Des rosiers bien nourris seront des rosiers florifères et en bonne santé", autre mantra qui me revient sans cesse.

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

    Alors, vous vous imaginez bien que quand j'ai écrit mon livres "Roses", j'ai suivi cette philosophie en réduisant le chapitre "taille" à sa plus simple expression.

     

    Dites-moi...

     

    Avec l'expérience, nos gestes deviennent de plus en plus sûrs et quand on doit tailler, comme moi 200 rosiers à la maison et 500 à la rosiers, on n'a pas le temps de commencer à bien réfléchir 2 yeux, 3 yeux... Ca, ce n'est pas facile à faire comprendre quand on donne un cours de taille. Les gens s'attendent toujours à apprendre des gestes, des règles bien définies et en fin de compte, ils ont un peu l'air déçus car vous êtes beaucoup plus cool que ce qu'ils avaient imaginé et ils ont l'air même de vous prendre pour une novice et d'en savoir plus que vous. C'est pourquoi, je ne donne plus ce genre de cours. Si on insiste, je dis : viens me voir en train de tailler et reviens voir le jardin en juin.

     

    Dites-moi...

     

    Daniel aussi surprenait toujours les gens qui venaient à ses cours de taille ou à une conférence sur le sujet. Tous s'attendaient à le voir sécateur en main, habillé d'une grosse doudoune dans la Roseraie (certains venaient même habillés comme des ours, pensant passer deux heures au froid). Et en fin de compte, on restait bien au chaud (même au coin du feu quand c'était à Malmédy) à l'écouter pendant deux heures sans s'ennuyer une seule minute, apprenant une foule de choses intéressantes et surtout en repartant, complètement décomplexée par rapport à la taille.

    Maintenant, je n'ai pas dit qu'il ne fallait pas tailler les rosiers ! Moi aussi, j'aime bien quand tout est net et propre. Mais ce que voulait dire Daniel, c'est qu'il ne faut pas y attacher une importance qui vous ferait presque regretter de cultiver des rosiers ! Tailler n'est pas compliqué (enfin si vous écoutez les bonnes personnes) et à moins de ratiboiser un grand rosier arbuste, des fleurs, vous en aurez ! A ce propos, je vais vous raconter une anecdote : cette semaine, Baudouin, notre jardinier communal, pour ne pas le citer, passe me voir à la roseraie et me dit avec un grand sourire qui en dit long qu'il aime bien ma façon de tailler... Comprenez "t'es sûre, tu les as vraiment taillés ?". Dans la commune, il n'y a en dehors de la roseraie que des petits polyantas qu'il "martyrise" (ça, c'est moi qui le dis !) en ne laissant qu'un moignon ! C'est vrai qu'ils finissent pas bien fleurir aussi mais faites donc ça sur Cardinal de Richelieu ou encore Isabelle et le Magicien d'oz... J'en frémis rien que d'y penser !

    Voici quelques rosiers après mon passage cette semaine à la Roseraie :

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

                                                   Hilda Sofia Lehmann                                                                                   Natural Blonde

     Je taille toujours les rosiers très "longs"

     

     

    Dites-moi...

    Westerland

    Très raide pour un grimpant. Lui, on peut y aller, il a un développent tellement important durant toute la saison.

     

     

    Dites-moi...

     Heart to Heart

    Le rosier que je vous présentais il y a quelques jours.

    Similaire aux hybrides de moschata, en vieillissant, je le taillerai moins court encore.

     

    Peut-être auriez-vous fait autrement et peut-être avez-vous raison alors je vous convie à venir voir le résultat dès la fin mai sur place.

     

    Dites-moi...

     

     

     

     

     

     

     


    25 commentaires
  •  

     

    ... avez-vous parfois le sentiment d'être incompris(e) au jardin ?

    Que vos projets, vos réalisations sortent de la norme et paraissent farfelus aux yeux de certains?

     

     

    Cette semaine, on est venu installer notre nouvelle chaudière (j'espère qu'on aura plus de chance qu'avec la précédente).

    L'un des chauffagistes me disait que j'avais un beau jardin. 

    Je ne sais pas si c'était par politesse ou pour se faire pardonner d'avoir écrasé pas mal de plantes en sortant l'ancien engin mais il semblait apprécier tandis que son jeune collègue n'aimait pas du tout, il disait qu'il y avait trop de tout. Il m'a même posé la question de savoir si ce n'était pas un problème pour la piscine. Bref, je voyais bien à sa tête que le jardinage, c'était pas son truc du tout et que son jardin à lui, devrait être clean, propre et net et tout et tout.

    C'est vrai que dans mon délire de réaliser un jardin campagnard et dense à l'extrême, j'ai atteint un niveau de grande maîtrise (je signale pour les gens qui n'ont toujours pas dépassé le premier degré que c'est de l'humour, hein !) entre la luxuriance et un laisser aller contrôlé afin que tout ait l'air naturel.

     

    Dites-moi...          Dites-moi...

     

    Le problème, c'est que ce genre de maniaque n'a aucune idée du travail nécessaire pour obtenir un tel résultat et je suis sûre qu'il pense que je m'allonge très souvent sur le transat...

     

    Dites-moi...          Dites-moi...

    La preuve !

     

     

    Incomprise aussi quand mon voisin voulait me faire redresser ma boîte aux lettres parce qu'elle penche un peu sur le côté et que j'ai répondu que je l'aimais comme ça, que ça lui donnait encore plus de charme !

     

    Dites-moi...

     

     

    Pareil à la Roseraie, j'ai déjà eu des commentaires du style : les plantes vont pas étouffer les rosiers ?  Ou encore : moi, j'aime bien que ce soit vide et net au pied des rosiers... Alors, là, je demande : t'as déjà été visité une vraie roseraie ? T'as pas trouvé ça trop ennuyeux, toutes ces roses sans compagnes ?...

     

    Dites-moi...

     

     


    25 commentaires
  •  

     

    ... rose ou rosier ?

    Attachez-vous de l'importance à l'arbuste quand vous achetez un rosier ou bien uniquement à la fleur ?

     

     

    J'ai toujours en tête la phrase de Didier Willery quand il dit qu'il n'aime pas les roses mais qu'il aime les rosiers.

    Comprenez que pour lui la fleur n'a que peu d'importance, il voit le rosier dans son ensemble et pour lui, ce dernier doit absolument présenter certaines qualités qu'on attribue souvent aux arbustes.

     

    Pour moi qu'on pourrait qualifier de rose-addict, de passionnée, peu importe. Je peux me contenter d'un rosier malingre si la fleur est exceptionnelle.

    C'est notamment le cas chez Dainty Bess ou encore The Prince.

     

    Dites-moi...          Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...           Dites-moi...

                

    Il ne me viendrait jamais à l'idée de me débarrasser de ces deux-là !

     

    Quand j'implante un nouveau rosier, j'aime connaître son port (érigé, arbustif...) afin de lui trouver le meilleur emplacement mais ce critère n'est pas déterminant dans mon choix.

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

    Blushed Yellow a un port très érigé qui convient notamment pour un fond de massif

    tandis qu'Etoile de La Glanerie s'étale bien.

     

     

    Le feuillage... ça oui, ça a de l'importance. Certains en arborent de magnifiques qui mettent bien en valeur la rose.

     

    Dites-moi...          Dites-moi...

     

     

    Les tiges... dimanche dernier, un visiteur me faisait remarquer combien les longues tiges rouges de 'Shiro' étaient élégantes.

     

    Dites-moi...

     

    On est loin des grosses branches épineuses d'autres rosiers. On retrouve aussi ce genre de branches presque inermes sur beaucoup de rosiers de Chine. 
    Ces mêmes tiges peuvent aussi avoir un attrait en fin d'hiver et là, je pense notamment à Thérèse Bugnet avec ses tiges d'un très beau rouge un peu à la manière des Cornus.

     

    Dites-moi...

     

    Bref, oui, Didier a raison, un rosier, c'est bien plus qu'une rose mais selon moi, ce ne doit pas être un motif d'exclusion ou de dénigrement de rosier dont l'atout peut résider ailleurs comme dans le parfum ou la beauté de sa fleur. Marie-Rose (Foucart) le disait encore hier à des clients devant moi qui voulaient tout : remontance, parfum, beauté, santé... Le rosier parfait n'existe pas, c'est comme nous, il y a toujours un défaut.

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    ... parmi les émissions de jardinage que vous regardez, quelle est la rubrique qui vous intéresse le plus ?

    Celle que vous trouvez toujours trop courte. Celle qui vous apporte le plus d'info pour améliorer votre propre jardin.

    Ou tout simplement celle qui vous fait rêver.

     

    Pour moi, c'est sans aucun doute, la partie principale de Gardener's World où l'on voit Monty effectuer les travaux du moment : semis, plantations, création de nouveaux massifs... Tous ces petits travaux au quotidien qui régulent la vie du jardinier. J'aime quand il explique dans quel substrat il plante, à quelle exposition, comment planter, comment diviser... Le voir faire est beaucoup plus instructif que de le lire dans tous les encyclopédies et magazines à notre portée. Les images de ces gestes restent plus facilement ancrés dans notre mémoire.

     

    Dites-moi...

     

     

    Pour beaucoup, ce sont les reportages où l'on visite de beaux jardins qui ont la côte.

     

    Dites-moi...

     

    Si dans Silence ça Pousse,  la séquence "Pas de Panique" perdure, c'est qu'elle a aussi ses afficionados. Je pense que beaucoup aimeraient voir débarquer Stéphane Marie chez eux pour leur filer un coup de main et surtout bénéficier de ses idées ... originales (?).

     

    Dites-moi...

     

     

     

    L'autre jour, Luc Noël me disait que ce qui marchait très fort, c'était la partie "bricolage" surtout avec des objets de récupération comme les palettes.

     

    Dites-moi...

     

     

    L'art floral avec les fleurs du jardin ne revient pas systématiquement. Est-ce que ça intéresse finalement peu de monde ?

     

    Dites-moi...

     

     

    J'ai oublié : j'aime aussi beaucoup la présentation de plantes comme le fait Francis dans Jardin & Loisirs

    même si on aimerait voir plus souvent des annuelles et des roses. 

     

    Dites-moi...

     

     


    31 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique