•  

     

    ... quels sont les rosiers qui s'en sortent le mieux face à la canicule chez vous ?

     

     

    C'est un sujet qui m'a été demandé récemment par l'une d'entre vous. Je l'ai mis dans un coin de ma tête mais j'ai oublié qui était à l'origine de ce sujet, désolée.

    Je vais répondre avec mon expérience personnelle de jardinière du Nord qui est certes très différente de celle de certains de mes lecteurs habitant au sud de la Loire.

    Pour moi, TOUS les rosiers peuvent bien s'en sortir face à la canicule à partir du moment où ils reçoivent de l'eau en suffisance. Il suffit de regarder les jardins de mon ami,

    Maurizio en Sardaigne où il cultive de très belles roses avec succès.

    Maintenant, il faut tenir compte des restrictions d'arrosage de plus en plus fréquentes depuis que le changement climatique est bien en marche.

    Alors, ok, si on part du fait qu'on n'arrose pas ou presque, on va être obligés de se limiter à un certain type de roses : des rosiers paysagers à petites fleurs dont les fleurs

    souffriront mois que celles qui comportent beaucoup de pétales. Mais n'avoir que ce type de roses serait d'un triste... ! En plus, la plupart du temps, elles sont belles de loin,

    moins de près et ne sentent pas grand chose. Elles sont certes très intéressantes car souvent les fleurs durent longtemps mais je ne les considère pas vraiment en tant que

    "roses" mais en tant que "rosiers".

     

    Dites-moi...

    Ballerina

     

    Certaines roses sont cependant plus adaptées au Sud que chez nous et ce ne sont pas des roses simples, au contraire : elles ont tellement de pétales que s'il ne fait pas

    suffisamment chaud, elles ne s'ouvrent pas ! C'est le cas avec Souvenir de la Malmaison, un rosier ancien bien connu ou encore, avec une rose de Warren appelée

    Cento Qarenta. Son nom n'est pas anodin : chaque rose doit bien compter au moins 150 pétales ! Une rose somptueuse au parfum orgasmique quand... elle veut bien

    s'ouvrir. Et aussi pour ces deux que j'ai citées, il ne faut pas non plus trop de pluie au risque que les boutons pourrissent carrément avant d'éclore. Des capricieuses... mais si

    vous avez la chance d'en voir une s'épanouir, alors, là, attendez-vous à l'extase.

     

    Dites-moi...       Dites-moi...

    Souvenir de la Malmaison

     

     

    Dites-moi...         Dites-moi...

     

    A gauche : Cento Qarenta il y a quelques jours. J'étais toute contente de la voir éclore après avoir pris soin d'enlever les premiers pétales

    pour l'aider un peu à s'épanouir (ça marche bien quand elles ont du mal).


    A droite : photo prise hier matin après les trombes d'eau qui sont tombées une grosse partie de la journée.

    Ci-dessous : une photo de la même rose prise l'an passé en plein mois de septembre. Tout n'est donc pas perdu...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Bref, il n'y a pas, selon moi et en règle général de roses pour la sécheresse et la chaleur excessive. Je me souviens d'ailleurs que Warren avait un jour publié des photos de

    ses roses supportant pendant plus d'une semaine des températures bien au-delà des 40°. Mais ce que je sais, c'est qu'il se levait très tôt tous les matins pour arroser et

    aussi le soir, il remettait ça. A noter que l'eau coûte moins cher en Australie qu'en Belgique.

     

    Parfois, certaines montrent juste quelques stigmates de coups de soleil comme celle sur la photo de gauche : Dollar Secret.

    A sa décharge, elle est plantée dans le jardin médiéval, dans les carrés surélevés où les conditions sont extrêmes pour les roses.

    Et d'autres, si on ne les arrose pas (une année, j'avais décidé de la jouer écolo) vont carrément vous la faire style "raisin sec" !

    (mais même comme ça, j'aimerai toujours Novalis)

     

    Dites-moi...       Dites-moi...

     

     PS : Ceci était le dernier "Dites-moi" de la saison. Comme beaucoup d'entre vous seront partis cet été et que ce genre de rubrique me demande pas mal de temps, je vais moi aussi prendre quelques vacances avec le dimanche un article plus "light". Je l'appellerai "Entre quatre yeux". Bruno et moi, on partagera avec vous quelques photos du jardine et de la Roseraie, pour le plaisir des yeux tout simplement, sans commentaires. Mais je vous rassure, je garde les rubriques du jeudi (sur mon jardin) et du samedi (sur la Roseraie). Bon dimanche !

     

     

     


    20 commentaires
  •  

     

    ... quels sont vos "bobos" liés au jardinage ?

    Et quels remèdes pouvez-vous recommander ?

    (sujet qui m'a été demandé par Nicole)

     

     

    J'ai remarqué qu'en dehors des douleurs liés au vieillissement (personne n'y échappe), les "bobos" évoqués par Nicole concernent plus souvent les jardiniers du dimanche moins habitués à utiliser certains outils, moins habitués à certains mouvements...

    Pour ma part, depuis ma nouvelle vie où je jardine pratiquement du matin au soir, je n'y échappe malheureusement pas toujours.

    Mon coude gauche me fait parfois souffrir depuis le début de l'année. Le seul remède qui est vraiment efficace, c'est le repos. Heureusement, je suis droitière.

     

    Dites-moi...

    Photo internet

     

    Pas encore de problème de poignet sauf un tout petit peu quand je dois tailler mes 700 rosiers en février-mars. J'essaie d'étaler le plus possible pour ne pas faire de longues séances.

    Dites-moi...

    Photo du net

     

    Attention de ne pas invoquer le jardinage à chaque bobo : un excès de clavier peut nuire à la santé !

    Sinon, des règles à respecter : m'assurer que mon vaccin anti-tétanos est bien à jour, de toujours bien désinfecter toute plaie même superficielle.

    Donc aujourd'hui, je ne pourrais pas, sur ce sujet, vous en dire beaucoup plus et je compte beaucoup sur vous, chers lecteurs pour répondre aux questions et de donner des pistes de solutions à mon amie, Nicole.

    Bon dimanche ! Ici, ce sera farniente et grand prix de Formule 1 pour fêter mes 57 printemps (celui-ci est le plus beau !).

    Isabelle

     

    PS : Nicole, je te recommande fortement ce remède-miracle qui fonctionne pour TOUT ! Je vais en abuser un peu aujourd'hui...

     

    Dites-moi...         Dites-moi...

     


    27 commentaires
  •  

     

    ... quelles sont vos valeurs sûres en clématites ?

     

    Elles sont en fleurs maintenant pour la plupart et on se réjouit de les avoir plantées.

    Mais on a tous connu aussi pas mal de déceptions notamment avec des variétés à grosses fleurs fort sujettes à ce champignon pouvant les réduire à néant en l'espace d'une seule journée seulement.

    Depuis cette mésaventure, je me suis surtout axée sur les viticella car avec elles, on est sûr qu'on n'aura pas ce problème.

    Je ne vais pas toutes vous les dévoiler car elles font partie d'un chapitre important de mon livre qui sortira dans 3 mois mais en voici quelques-unes.

     

    Ma préférée est Dutch Sky qui pousse au pied du rosier Cuisse de Nymphe.

    Catherine Bötcher me l'avait décrite comme opaline et c'est tout à fait ça.

    Normalement, elle fleurit une fois que le rosier est défleurie -

    et mon intention était d'ailleurs qu'elle prenne la relève de ce rosier non-remontant -

    mais cette année, tout est bizarre et elles fleurissent en même temps,

    ce qui n'est pas mal non plus.

     

    Dites-moi...        Dites-moi...

     

    Dites-moi...

     

     

    Idem avec Betty Corning qui fleurit bien plus tôt que d'habitude dans Albertine.

     

    Dites-moi...       Dites-moi...

     

     

    Pour accompagner Jasmina, j'ai choisi Pagoda qui porte si bien son nom.

     

    Dites-moi...       Dites-moi...

     

     

    Une valeur sûre pour des fleurs de plus grande taille :

     

    Dites-moi...

     Warsaw Nike

     

    Et enfin, une clématite bien trop méconnue :

    Clematis mandchurica, fidèle année après année, sans soucis et 

    toujours avec un parfum très envoutant.

     

    Dites-moi...         Dites-moi...

     

     

    Alors, quelles clématites pouvez-vous nous recommander ?

     

     


    20 commentaires
  •  

     

    ... vous octroyez-vous des plages où vous ne faites RIEN au jardin

    sinon qu'admirer, contempler ?

     

    Dites-moi...

     

    Très souvent quand je publie cette photo où l'on voit l'emblématique transat dans mon jardin, on me demande si je l'utilise vraiment...

    J'ai remarqué qu'il y avait une espèce de règle chez beaucoup de jardiniers à répéter qu'ils sont débordés et qu'ils ne savent pas rester à rien faire au jardin (même les retraités !). Un peu comme si s'allonger une heure ou deux sur un transat et faire bronzette faisait de vous un jardinier paresseux.

    Quand je dis que je l'utilise souvent (tous les jours quand il fait beau), on a même peine à croire avec tout ce que je fais au jardin.

    Mais c'est parce que je me lève tôt, ma ptite dame ! he  depuis deux mois, je suis debout à 5:30 et je suis souvent à la Roseraie avant 7:00.

    Je suis aussi très productive. j'aime travailler à un rythme soutenu (c'est ma gym à moi) et donc, vers 14:00, je prends volontiers le temps d'emmener ma liseuse sur le transat. Ca arrive même parfois que survient une micro-sieste mais je n'aime pas trop car je me réveille avec une grosse perte d'énergie que je peine à retrouver.

    Souvent, le soir, Bruno et moi, on fait le tour du jardin à deux mais là, c'est très difficile de dire : on ne fait que contempler quand on remarque un énorme liseron qui nous avait échappé jusque là.

    J'ai mentionné la chaise longue mais je pense aussi au salon de jardin. C'est un grand classique dans la déco au jardin mais combien de jardiniers ne l'installent pas juste pour faire joli ? Un jour, j'ai entendu dire : "mon jardin n'est pas un musée". C'est tout à fait ça : vivez-y, profitez-en, au diable si tout n'est pas sur son 31 (ça facilite les choses si vous ne l'ouvrez pas aux visiteurs).

     

    Dites-moi...

     

     

    Bref, je pense qu'il faut s'octroyer du temps, si possible, pour profiter de tout le travail engrangé pendant des mois, pour se laisser émerveiller par les beautés qui nous entourent, par le gazouillis des oiseaux. Ces moments-là sont très précieux et souvent, vous aident à prendre du recul et à avoir les meilleures idées pour l'évolution de votre jardin.

     


    21 commentaires
  •  

     

    ... à quoi ressemble votre jardin idéal ?

     

    C'est la question que posait le magazine "Détente jardin" récemment sur sa page Facebook et parmi les réponses, il y avait un peu de tout.

    Certains ont cité de grands jardins comme Berchigranges, Great Dixter, Monet ou d'une manière générale, les jardins anglais, les jardins de curé...

    Une grande majorité recherche l'opulence et beaucoup de floraisons. Des valeurs écologiques y sont associées (biodiversité...).

    D'autres ont répondu que c'était leur jardin car il leur correspondait. Ca, c'est chouette de voir des gens satisfaits et qui ont trouvé leur bonheur.

     

    Pour ma part, j'ai, sans hésiter, mentionné Longmeadow, le jardin de Monty Don, présentateur de Gardener's World.

    Il représente tout ce que j'aime. Le style british mais d'une manière plus cottage que les grands jardins classiques anglais. Et aussi l'ouverture vers d'autres horizons (pourquoi pas une petite influence italienne ci et là ?).

    Le jardin (80 ares) est divisé en différentes parties :

     

    The Cottage Garden

     

    Au printemps, les myosotis sont partout et c'est magique.

     

    Dites-moi...        Dites-moi...

     

     

    The Jewel Garden

    qui fait référence à son business dans le monde des bijoux avant qu'il ne devienne présentateur à la BBC.

    On comprend mieux son don pour associer les couleurs.

     

    Dites-moi...

     

     

     

    The Paradise Garden

    en référence à la série d'émissions qui se déroulaient un peu partout dans le monde.

    On y retrouve l'influence de l'Afrique du Nord notamment.

     

    Dites-moi...

     

     

     

    The Vegetable Garden

    Vous le savez, le potager n'est pas mon fort

    (à ma décharge, toute ma jeunesse, j'ai vendu des légumes sur les marchés et 

    à la maison, on n'avait pas besoin de les cultiver).

    Mais le potager de Monty me plairait bien comme il est agencé.

     

    Dites-moi...

     

     

    Il y a encore plein d'autres coins pleins de charme comme :

     

    Dites-moi...        Dites-moi...

                                                                      Le coin verger                                                                          Le Lime Walk envahi de cerfeuil sauvage

     

     

    Dites-moi...        Dites-moi...

                                                                The Writing Garden                                                                                     The Summer House

     

     

    Chaque endroit a une âme et tout y est bien patiné et juste à sa place.

    Pas de déco superflue comme on le voit trop souvent ici en Europe continentale.

    La serre est à un autre endroit.

    Ici, c'est l'endroit où Montyy effectue ses semis, ses rempotages.

    Une vraie pièce de vie, de travail.

     

    Dites-moi...

     

     

     

    Je pourrais continuer ainsi enclore longtemps.

    Voici le coin qui me fait le plus chavirer : The dry Garden.

    Un espace clos, bien abrité et propice à la culture de plantes méditeranéennes 

    ou requérant simplement un excellent drainage et plus de chaleur.

     

    Dites-moi...

    La porte est magnifique et tellement bien à sa place à cet endroit.

     

    A vous maintenant, racontez-nous votre jardin idéal...

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique