•  

     

    ... que pensez-vous des roses de style hulthemias ?

    En avez-vous dans votre jardin ?

    Que rétorquez-vous à ceux qui disent que ça ne ressemble plus à des roses ?

     

     

    Ces derniers jours, j'ai été interpellée par des commentaires radicaux concernant la rose Glorious Babylon Eyes, primée à Bagatelle à la fois par le Jury et aussi par la presse.

     

    Dites-moi...

     

    On ne peut pas dire qu'elle laisse indifférent. Voici quelques moments choisis :

     

    "Quelle horreur ! On n’a même.pas idée de ce que c’est ....."

    "Trop moche"

    "Vraiment pas beau !!!"

    "Impression de végétation synthétique. Fleurs artificielles made in China."

    "Une belle unanimité contre... ce "truc" qui n'a vraiment rien d'une bonne Plante de jardin. Ce n'est ni reluisant pour les rosiéristes...ni pour les journalistes...."

    "pourquoi pas avec des pois bleus et 12 traitements par an , stop!!!"

    Il est certes très original et fait plus penser à une fleur de narcisse qu à un rosier...de là à dire qu il est moche je ne suis pas d accord...c est pas cool en plus pour le travail de l obtenteur...tous les goûts sont dans la nature...merci de nous le faire découvrir..."

     

    Il m'est déjà arrivé de dire que je n'aimais pas ce type de roses mais de là à utiliser des termes aussi catégoriques... et surtout de le juger sans connaître, de faire des suppositions en n'ayant vu qu'une photo... !

    En tant que juge de concours, j'ai déjà pu constater que c'était loin d'être des rosiers chétifs (probablement le persica qui est en eux). De plus, ils sont souvent parfumés.

    En fait, ce que je n'aime pas, c'est le contraste fort entre le centre et le reste des pétales.

    Je n'ai jamais accroché aux premières qu'on nous proposait déjà en 2009. C'était toutes des créations britaniques et depuis, bon nombre d'hybrideurs se sont lancés dans cette catégorie. A chaque concours de roses, on en trouve maintenant quelques-uns.

     

    Dites-moi...          Dites-moi...

                                                            Eyes for You (photo Daniel Schmitz)                                   Alissar, Princess of Phoenicia (Photo Promesse de Fleurs)

     

     

    Dites-moi...

    For your eyes only (photo Thompson & Morgan)

     

    J'ai pu constater à maintes reprises que ce genre de roses avait surtout du succès auprès des messieurs. Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus... On en parlait encore avec des amis alsaciens ce jeudi.

    Moi, je préfère des teintes plus douces, moins heurtantes, des contrastes plus subtils.

    Et j'ai trouvé le jour où Warren a posté des photos de son September Stars. Juste un mini "blotch", très discret. Juste ce qu'il me fallait.

     

    Dites-moi...

     

     

     

    Dites-moi...

     

     

    A ce moment-là, je me suis dit : bah, c'est l'exception... Puis, à la Roseraie, j'ai découvert Hubba Dubba (à prononcer eubeu deubeu, c'est ce que disent les hommes quand ils voient passer une jolie fille) et là... wouah wouah wouah !!! Ou plutôt Hubba Dubba !!!

    Elle commence dans de jolis tons abricot pour pâlir ensuite et cerise sur le gâteau, c'est un rosier TRES vigoureux ! Planté en décembre 2017, il atteint déjà 90 cm et va entamer sa seconde vague de floraison.

     

    Dites-moi...           Dites-moi...

     

    Dites-moi...

     

     

     

     

     

     


    22 commentaires
  •  

     

     

    ... quels sont les effets bénéfiques du jardinage sur votre vie ?

    Quelles sont les qualités que cette activité aura développées chez vous ?

     

     

    Vaste sujet ! Les effets bénéfiques chez moi sont très nombreux et je n'arrive pas à concevoir ce qu'aurait été ma vie sans ce monde végétal.

    Grâce au jardinage, j'ai appris la patience. Une plante, même si elle vous donne quelques fleurs la première année (et encore, pour le lotus, j'ai presque attendu 10 ans !) ne vous donnera probablement pas le meilleur d'elle-même avant quelques années supplémentaires. A une époque où l'on obtient presque tout tout de suite, le jardinage reste une activité qui mettra votre patience parfois à rude épreuve.

     

    Dites-moi...

     

    Cette semaine encore, je lisais qu'un rosier avait été déplacé après seulement un an. C'est un peu comme demander à un bébé qu'il galope comme le fait un poulain après quelques jours... Un rosier, il faut laisser le temps aux racines de s'installer, de former des radicelles...

     

    Le jardinage, et pas celui du dimanche, je parle des vrais jardiniers, requiert pour obtenir de beaux résultats, un investissement à la hauteur en énergie. Quand il s'agit de tailler les rosiers à la fin de l'hiver par exemple, et sous nos contrées, il faut souvent mordre sur sa chique et braver le froid quand on préférerait rester bien au coin du feu.

     

    Dites-moi...

     

    Les soirées d'été, alors qu'on aimerait se prélasser sur le transat, on y va, arrosoirs en mains pour rafraîchir potées, jardinières et paniers suspendus.

     

    Jardiner nous apprend aussi à positiver et à se résoudre à accepter les lois de Dame Nature. J'ai une pensée toute particulière pour ceux et celles qui ont subi ces derniers jours de violents orages qui ont fait un carnage dans leur jardin.

    Vous pouvez avoir un magnifique Delphinium sur le point de fleurir et le voir cassé en deux le lendemain à cause du vent qui accompagne souvent ces orages. Tant pis, on le mettra en vase et si on a de la chance, on le verra s'épanouir dans la maison.

     

    Dites-moi...        Dites-moi...

     

    La pluie... quand j'entends mes collègues râler parce qu"en Belgique, c'est toujours pareil, il pleut sans arrêt (on est cousins des Bretons, vous ne saviez pas ?)", moi, je me réjouis d'avoir cette eau bienfaitrice. Je ne voudrais pas revivre un printemps et un été secs comme l'an passé. Je me dis :"l'eau, c'est la vie". Si on m'avait dit, à 20 ans, qu'un jour, je sortirais un truc pareil, je ne l'aurais pas cru !

     

    L'effet thérapeutique... sur le corps et sur l'esprit aussi. Je ne reviendrais pas sur une année qui fut difficile pour moi et où quand je rentrais de l'hôpital ou du home où la vie de mon frère s'est achevée, les pavots, roses et autres fleurs m'apportaient un peu de baume au coeur.

    Dans mon livre "Les Bouquets d'Isabelle", j'évoque aussi ce terrible jour de novembre où l'horreur affluait sur nos écrans et où faire un bouquet avec mes mains eut un effet apaisant.

     

    Dites-moi...

     

    C'est le mot : apaisant. Quand je suis dans la Roseraie, bien au calme, je ressens une énorme sensation de bien-être et de plénitude qui me fait oublier toutes les difficultés liées au métier d'enseignant. Même si je rentre crevée après plusieurs heures de désherbage intensif, je me sens comme "purifiée". Parfois, je vais même jusqu'à me dire que le divin se trouve dans ce lieu et pas dans l'église juste à côté.

     

    Enfin, le jardinage aura eu une influence bien évidente sur mes rencontres. Même si comme je le dis souvent, ce n'est pas un monde de Bisounours (les déceptions y sont aussi nombreuses que dans d'autres milieux), j'ai malgré tout fait énormément de belles rencontres. Et même plus, j'ai eu la chance que cela débouche sur quelques amitiés sincères et durables. 

     

    Dites-moi...

     

     

    PS : Pas de "Dites-moi" les deux prochaines semaines que je consacrerai à mon ami venu de l'autre bout de la planète. Mais ne vous inquiétez pas : les publications resteront quotidiennes et vous aurez même l'occasion de suivre nos aventures dans une série que j'intitulerai "Dix jours avec le Magicien d'Oz".

     


    29 commentaires
  •  

     

    ... quelles sont vos roses parfumées préférées ?

    Parvenez-vous à distinguer les différents types de parfums chez les roses.

    Mieux encore, avez-vous un nez ? Réussissez-vous à isoler les notes subtiles décrites dans les descriptions de roses ?

     

    Je vous invite tout d'abord à aller lire l'excellent article de Jean-Jacques Claustriaux, 

    Président du Jury Permanent du Concours International de Roses Nouvelles du Roeulx,

    en cliquant sur l'image ci-dessous :

     

    Dites-moi...

    Pierre Nuyens - Société Française des Parfumeurs

     

     

    Personnellement, je ne parviens jamais à retrouver toutes les subtilités décrites par certains. Je parviens tout juste à classer les parfums de roses en cinq catégories :

     

    - les parfums de roses anciennes

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

                                            Cardinal de Richelieu                                                                                                 Yolande d'Aragon

     

     

    - les parfums fruités

     

    Dites-moi...

    Sweet Juliet

     

     

    - la myrrhe (très présente dans les roses anglaises)

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

                                                        Redouté                                                                                                               Scepter'd Isle

     

     

    - les parfums de roses thé

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

                                                                          Golden Celebration                                                                                                 Graham Thomas

     

     

    - les parfums musqués

     

    Dites-moi...

    Paul's Hymalayan Musk

     

     

     

    C'est avec les roses de Warren que j'ai pu étoffer ma panoplie de parfums. En effet, j'ai été agréablement surprise par certaines avec des notes puissantes et inédites chez les roses.

     

    Dites-moi...

    Cool as Ice et son délicieux parfum de violettes

     

     

    Dites-moi...

     Disco Lemonade et son puissant parfum d'oeillet

     

     

    Dites-moi...

    Hélène de Troie et son parfum"Haute Couture"

     

     

     

     


    22 commentaires
  •  

     

    ... quelles sont vos passions en dehors du jardinage ?

    Manuelles aussi ou plus cérébrales ?

    Quand vous serez retraité, si ce n'est déjà le cas,

    à quoi aimeriez-vous consacrer votre temps libre ?

     

    Ce week-end, comme je vous l'ai écrit il y a quelques jours, je participerai à l'opération Wallonie Bienvenue. C'est un événement où, le temps d'un w-e, dans une commune de Wallonie, les habitants deviennent des "ambassadeurs" et vous ouvrent leurs portes gratuitement afin de partager avec vous leur passion.

     

    A Rumes, on pourra ainsi admirer de la sculpture sur bois, des aquarelles,

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

    de la peinture à l'aiguille, de la peinture à l'huile, 

     

    Dites-moi...      Dites-moi...

     

    de la dentelle aux fuseaux,

     

    Dites-moi...

     

     

    vous initier à la sophrologie, à la calligraphie,

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    explorer un vieux bistrot,

     

    Dites-moi...

     

    une maison écologique, une ferme bio, découvrir le monde des abeilles, faire une ballade contée...

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Personnellement, en dehors du jardinage et de mes bouquets (on peut parler d'une seule et même passion puisque la deuxième est en quelque sorte le prolongement de la première), il ne me reste plus de temps pour d'autres activités. Et pourtant, dieu sait combien j'aimerais m'initier à l'aquarelle, à la poterie, au scrapbooking ou encore à plein d'autres activités manuelles. J'aimerais aussi avoir le temps de suivre des stages pour m'améliorer en photographie, alimenter de manière plus régulière mon blog cuisine...

    Mais on sait tous que les journées sont courtes et que le temps nous est compté. Ce que je viens d'écrire, c'est loin d'être une banalité, plutôt une réalité que je vis chaque jour.

    Donc, voilà, j'ai choisi de me lancer corps et âme dans le jardinage (et le bloging aussi). J'y pense du matin au soir. Je vis "plantes" du soir au matin.Obsession ? Non, passion !


    24 commentaires
  •  

     

    ... Seriez-vous, ne serait-ce qu'un peu, influencé par les modes au jardin ?

    (je veux dire au niveau du choix de vos plantes)

    Avez-vous toujours planté ces mal-aimées même lorsqu'elles étaient "désuètes" ?

    Les voyez-vous maintenant sous un autre jour qu'il y a quelques années ?

     

     

    La première plante qui me vient à l'esprit ce sont les dahlias. Longtemps boudés, les voici revenir en force. Pour s'en rendre compte, il suffit de voir le jour de variétés proposées depuis l'an passé chez Promesse de Fleurs.

     

    Dites-moi...

     

    Il faut dire que ce ne sont pas les plantations de ces tubercules en rangs d'oignons qui allaient nous inciter à reproduire la même chose dans nos jardins.

    On peut créer un jardin de fleurs coupées tout en les intégrant aux massifs. C'est ce que je fais depuis si longtemps.

     

    Dites-moi...

     

    Autre plante longtemps boudée : les fuchsias. Pendant des années, dans les allées de chez De Nachtwaker, je ne croisais que des personnes d'un certain âge pour ne pas dire d'un âge certain. Je me souviens d'un reportage de Jardin & Loisirs où un collectionneur en avait réuni une quantité incroyable dans et autour de son jardin. Cela arrive souvent quand on s'éprend d'une plante. Mais c'est alors au détriment de l'harmonie et de la beauté d'un jardin.

     

    Dites-moi...

     

     

    A noter que personnellement, je trouve toujours regrettable de les voir au jardin dans leurs pots d'origine en plastique. Excusez-moi mais c'est très moche.

     

    Dites-moi...

     

    Si vous avez regardé le reportage ci-dessus, vous aurez repéré une troisième plante qu'on n'en pouvait plus de voir mais qui nous revient malgré tout : les bégonias.

    J'ai là aussi un jardin de ma région en mémoire, où les petits bégonias sempervirens traçaient le contour des massifs. Mieux encore : le jardinier y alternait un blanc avec un rouge ! A vous dégoûter de mettre des annuelles au jardin !

    Les bégonias sont pourtant des plantes formidables dans le sens où elles restent belles très, très longtemps. 

    Et puis, il y a moyen de leur trouver une place de choix où elles feront leur petit effet, au point que les visiteurs ne la reconnaîtront pas de prime abord.

     

    Dites-moi...

     

    Dernière plante à évoquer aujourd'hui (vous en trouverez peut-être d'autres) : les Pelargonium. Mon plus lointain souvenir, c'est un voyage avec mes parents en Alsace où les rois des balcons méritent bien leur nom. J'en ai mis chez moi aussi, il y a très longtemps. Ils étaient très beaux et ont poussé presque jusque par terre. Et puis, à force de les voir partout, on se lasse. J'ai renoué avec le genre quand j'ai craqué un jour pour un Pelargonium droit finement découpé.

     

    Dites-moi...

     

    Et puis, j'ai un jour reçu ce petit bijou de Christophe (P. Mårbacka Tulpan) :

     

    Dites-moi...

     

    La semaine passé, j'ai acheté Appleblossom et je pense que d'autres viendront encore s'ajouter tellement ces plantes sont faciles avec peu d'exigences.

     

    Dites-moi...

    (Photo : babyplants.co.uk)

     

     

     

     


    33 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique