•  

     

    Vous vous souvenez du "Dites-moi" de mars où Florence nous demandait

    de lui suggérer des idées pour sa belle auge ? (relire ici)

    Elle s'est finalement décidée et voici ses choix de plantes :

     

    Retour chez Florence

     

    Skimmia japonica 'Rubella' - Armeria maritima 'Alba' - Ledum groenlandicum 'Compactum' - Geranium cantabrigiense 'Biokovo' -

    Heuchera 'Obsidian' - Lavandula 'Hidcote' - Geranium 'Blushing turtle' -

    Helictotrichon sempervirens 'Saphirsprudel' - Euonymus fortunei 'Silverstone'

     

    Retour chez Florence

     

     


    8 commentaires
  •  

     

    ... comment se portent vos buis ?

    Sont-ils infectés par la pyrale ou par un champignon ?

    Comment avez-vous décidé d'agir ? De façon préventive ?

    A quelles alternatives avez-vous songé ?

     

     

    Avant toute chose, je voudrais préciser que cet article n'a pas la prétention d'aborder tous les aspects du problème ni de donner de solution miracle. L'idée est de regrouper toutes vos expériences à ce sujet. 

    Même si je ne me sens pas trop concernée (je n'ai qu'un ou deux buis en fond de massif qui me servent à mes compositions florales), j'avoue avoir été interpellée par le nombre d'amis aux abois ces derniers jours sur Facebook. Tous ces compte-rendus d'expériences (de plusieurs années de traitement parfois) vous seront probablement utiles si vous commencez tout juste à vous intéresser à la question.

    Avant d'aller voir chez l'un et l'autre ce que cela donne, il faut bien distinguer les problèmes liés aux buis.

    Chez nous, en Belgique, je n'ai pas encore entendu parler de pyrale (vous savez cette fameuse chenille qui les ravage en deux temps, trois mouvements) mais plutôt de champignon. La maladie est appelée Cylindrocladiose (Box Blight). On reconnaît les premiers symptômes au noircissement des tiges et des rameaux. Pour combattre celle-ci, vous n'aurez pas le choix : il faudra utiliser un fongicide et ce, à plusieurs reprises.

    Si cette maladie est terriblement virulente, il en est de même avec l'infection des buis par la pyrale.

     

    Alors d'abord voir chez les amis ce qu'il en est.

    Cette semaine, Lo agit de manière plutôt radicale après avoir repéré des affreuses poilues. Elle a taillé ses buis très courts en espérant qu'ils repartent de manière saine.

     

    Dites-moi...         Dites-moi...

     

     

    Charlotte qui était en Bourgogne, a pu constater qu'elle faisait des ravages là-bas aussi :

     

    Dites-moi...           Dites-moi...

     

     

     

    Renée qui connaît bien ce problème, semble plus désemparée que jamais. Je la cite :

    "RAS LE BOL :( ...j'ai traité tous mes buis le 5 avril ... (cela fait 10 jours) avec un produit systémique (normalement tranquille pour au moins 30 jours) ...

    Et bien non ...de nouvelles envahisseuses sont bien là :( pffftttttt je ne vous dis pas l'état de certains buis. Tous sont de nouveau infestés... seraient -elles devenues résistantes au produit ?"

     

    Dites-moi...

     

     

     

    Chez Alain Lefèvre, pareil constat :

    "Les sales bêtes. Elles mangent tous les buis du jardin!"

     

    Dites-moi...         Dites-moi...

     

     

    Il semblerait donc que les traitements sont de moins en moins efficaces.

    Les prévisions ne sont pas bonnes hélas et je commence à me poser des questions pour la roseraie.

    Est-ce que cela vaut vraiment le coup finalement de récupérer les buis adultes que je vous ai montrés 

    l'autre jour et de prendre ainsi le risque de devoir s'en séparer quand la pyrale arrivera ici aussi ?

     

     

    En attendant, je vous invite à lire attentivement le document qui se trouve sur le site du Domaine de vaux-le-Vicomte,

    synthèse de la journée d'étude internationale "Quel avenir pour les buis ?" qui a eu lieu en 2015.

     

     

    Et je me demande... quel avenir pour Levens Hall, Villandry et d'autres encore ?

     

    Dites-moi...

     


    50 commentaires
  •  

    ... Pâques, c'est comment chez vous ?

    A quoi allez-vous consacrer cette journée ?

    Déco ou pas déco ? Chasse aux oeufs ?

    Menu spécial ?

    Je suis curieuse... Juste pour le fun.

     

     

    Chez nous, Pâques rime traditionnellement avec brunch.

    L'occasion aussi, comme certaines qui se rhabillent pour le printemps,

    de sortir une nouvelle nappe.

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    L'autre jour à Bruges, chez Lili et Martha, j'ai déniché de nouvelles suspensions :

     

    Dites-moi...     Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...     Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...     Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...               Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...               Dites-moi...

     

    Quelques photos du brunch suivront sur mon autre blog...

    Bonnes fêtes de Pâques à toutes et tous !

     

     

     


    27 commentaires
  •  

     

    ... quels engrais utilisez-vous, pour quelles plantes ?

    A quelle fréquence en apportez-vous ?

     

    Voici comment je procède de mon côté. Commençons par les rosiers.

    Je leur apporte de l'or brun ou un compost bien décomposé (selon mes moyens car 200 rosiers, ça fait un sacré budget) à la fin de l'hiver.

     

    Dites-moi...

     

    Ensuite, je leur donne des granulés d'engrais organique à trois reprises (fin mars, fin mai et fin juin). Daniel n'est pas convaincu de cet apport-là mais moi, je sais que ça fonctionne bien depuis des années. Je l'achète au moment de la promo d'Aldi (c'était la semaine passée) car il m'en faut 12 boîtes pour une année. Beaucoup moins cher qu'en jardinerie, sa composition est identique.

     

    Dites-moi...

     

    Le top du top serait de mettre du Secret Vert mais avec autant de rosiers, ça me coûterait une fortune que je ne peux hélas pas me permettre.

    Pour les rosiers, j'ai déjà testé le Tonnerre d'engrais, production de mon ami Thierry Benaphtali. Excellent produit qui a l'avantage de se transporter facilement et de ne pas sentir mauvais. Pour en savoir plus, relire ici.

     

    Dites-moi...

     

    Dernièrement, je vous parlais de bokashi que je viens d'appliquer pour la première fois. A suivre...

     

    Dites-moi...

     

     

    Pour ce qui est des paniers suspendus, des jardinières, des potées et des fuchsias, j'utilise l'engrais en poudre préconisé par le spécialistes des belles clochettes.

    C'est un engrais 20-20-20 qui marche du tonnerre. Avant de commencer les apports de celui-ci, je leur donne pendant environ 2 à 3 semaines, un engrais 10-52-10 qui va stimuler le développement des racines.

     

    Dites-moi...

     

    Chaque semaine de mai à fin septembre, je leur réserverai ce traitement de faveur car elles le valent bien. 

     

    Dites-moi...

     

     

    Ah oui, j'oubliais : mes pois de senteur, mes delphiniums et mes cobées en reçoivent aussi.

     

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     


    39 commentaires
  •   

     

    Aujourd'hui, je vous propose une séance collective de coaching-jardin.

    Florence m'a soumis ce problème la semaine passée :

     

    Que pourrais-tu me conseiller pour garnir de manière permanente une auge en pierre bleue de +/_ 1,50 de long,

    dont la profondeur n'excède pas 17 cm et la largeur 30. Ce qui fait approximativement un volume de terre disponible de 70 litres.

    Situation en façade Nord-Est très froid et venteux .

     

    Dites-moi...

     

    Dites-moi...

     

    Quelles sont vos suggestions ?

     

     

     

    J'ai toujours rêvé d'une petite auge en pierre mais je ne sais vraiment pas ou je pourrais l'intégrer.

    J'y aurais recréé un petit jardin alpin avec des plantes de différentes tailles (pas que des basses). Car pour moi, les conditions sont parfaites pour des plantes de rocaille et là, il y a le choix.

    C'est donc dans cette voie que j'aurais dirigé Florence. 

    Mais si j'avais la chance d''avoir une aussi belle façade, je ferais bouger l'auge de quelques mètres, j'enlèverais quelques pavés et je ferais grimper un beau rosier de couleur abricot sur le mur de pierres (eh oui, je m'égare mais on ne se refait pas !). Pourquoi pas Guislaine de Féligonde ? Je me souviens d'un article de Greg sur Chédigny où on le voyait, somptueux, sur un mur (cliquez ici).

     

    D'autres proposeront peut-être des idées plus originales et leurs expériences à ce sujet.

     

    Cette semaine, j'ai justement croisé sur Facebook une publication de Nathalie Batisse qui habite le Limousin :

    "A Boussac, les dames qui fleurissent les autels ont investi le tour de l'église cet automne. Pas de travaux, juste le remplacement des pissenlits à désherber par des fleurs de leurs jardins. Elles ont arrosé, remplacé ce qui n'avait pas pris, squatté le bac en pierre par la même occasion, les agents communaux n'y touchent plus ! Les plantes redémarrent juste, d'ici cet été, tout le pied de mur et les fissures devraient être occupés. La contagion gagne le quartier. Bravo et merci"

    J'aime beaucoup l'idée. regardez :

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     


    49 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique