•  

     

    ... avez-vous une idée de l'impact que peuvent avoir vos commentaires négatifs, sur les blogs, les réseaux sociaux,

    à l'encontre d'un pépiniériste, d'une jardinerie... ?

    Avez-vous une éthique à ce sujet ou bien tout est-il permis ?

     

    On sait tous combien derrière un écran de PC ou d'un smartphone, certains se sentent forts quand il s'agit de critiquer ouvertement l'un ou l'autre pépiniériste.

    Je lis ça toutes les semaines sur Facebook.

    Pareil pour les plantes qu'ils vendent. On oublie que c'est du "vivant" avec tous les imprévus qui vont avec et si la reprise n'est pas bonne, on crie haro sur celui qui vous l'a vendu avant même d'avoir pris contact de manière plus discrète par mail. Parfois ça va même plus loin, on généralise et on écrit noir sur blanc "plus jamais là" ou "pas recommandable", presque à la Jean-Pierre Coffe (RIP) "C'est de la m...".

    Parfois, ça en devient tellement récurent chez certains que je me demande si cela ne va pas au-delà de la simple déception, avec même une intention de nuire.

    Avec certaines amies proches, on évoque souvent entre nous, nos expériences avec telle ou telle plante. Là, on y va franchement, on n'hésite pas à se faire part de nos sentiments de frustration. Mais ça en reste là. Aucune d'entre nous n'irait publier nos conversations sur le net ! 

    Les clients ont parfois des exigences démesurées. Ils voudraient que toutes les plantes se développent à la vitesse v, v prime et fleurissent encore et encore. Ce sera vrai pour certaines et moins pour d'autres. C'est un fait qu'il faut accepter. C'est toujours la Nature qui décide.

     

    Dites-moi...

    Photo Reader's Digest

     

    De plus en plus, je lis que les pépiniéristes ont des difficultés pour s'en sortir et qu'il faut les aider. C'est vrai. Je vois des soutiens dans ce sens et c'est très bien. Mais comment dans le même temps peut-on être capable de nuire à un autre ? Ce n'est pas honnête.

     

    Dites-moi...

    Photo La Dépêche

     

     

    Personnellement, vous ne trouverez jamais rien sur mon blog ou sur ma page Facebook dans ce sens. Jamais je ne mettrai par écrit les déboires que j'ai pu connaître avec tels bulbes, tels rosiers, telles plantes vivaces avec leur provenance. Ce serait mal venu de faire tout un plat d'un végétal qui aurait mal repris pour telle ou telle raison, peut-être liée à mon sol, à la manière dont je l'ai planté ou à tout autre facteur. Il y a tellement de paramètres à tenir en compte qu'il est parfois très difficile d'avoir une explication précise. Et ce n'est pas parce que je l'ai payé que ça me donne tous les droits de faire de la publicité négative. Non, je préfère lui faire part de ma mauvaise expérience et essayer de trouver avec lui les causes de cet échec. S'il s'agit d'une erreur de variété, comme des bulbes par exemple, je vais envoyer un mail où je les ai achetés pour qu'ils puissent rectifier le tir l'année suivante.

     

    Dites-moi...

    Tulipes vendues pour des 'Blue Diamond' (lire ici)

     

     

    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ? Non, bien sûr ! Je parle ici, sur le blog, surtout des pépiniéristes que je connais et que je recommande. Et si on me demande pourquoi je ne cite jamais l'un ou l'autre, je réponds alors en message privé. Parfois, c'est simplement parce que je ne peux pas citer tout le monde mais parfois, c'est intentionnel J'explique alors mes raisons en essayant d'être objective. Je ne vais pas dire que les plantes d'un tel sont de la gnognotte alors que le problème, c'est la personne. Moi, j'ai besoin d'acheter à des gens avec des valeurs qui me correspondent. Des gens qui travaillent dans le respect de la nature, des clients et des concurrents. Des gens qui n'ont pas besoin de critiquer la marchandise des autres pour valoriser la leur. Je me vois mal acheter à un pépiniériste qui vend pourtant de très belles plantes mais qui brûle ses pots en plastique dans le fond de sa pépinière ! Je sais, je leur demande bien plus que de vendre de bonnes plantes mais bon, c'est important à mes yeux.

    Par contre, un mauvais accueil, une mauvaise gestion d'un dossier de réclamation peuvent être évoqués car là, il s'agit du minimum que l'on puisse attendre d'un commerçant. Je me souviens avoir été rabrouée pour avoir pris des photos dans une grosse jardinerie et puis dans un magasin de déco. J'ai piqué une grosse colère sur le coup mais finalement, ça ne m'a pas empêchée d'y retourner par la suite. Tant pis pour eux s'ils estiment ne pas avoir besoin d'un coup de pouce supplémentaire.

     

    Alors, dites-moi : vous sentez-vous le droit de nuire à un pépiniériste sur les réseaux sociaux parce que vous n'avez pas été satisfait de votre achat ?

     

     


    27 commentaires
  •  

     

    apportez-vous au jardin de la couleur autrement que par les fleurs ?

    Du mobilier, des pots, des tissus... de couleur vive ?

     

     

    Un Dites-moi très subjectif cette semaine. Des goûts et des couleurs...

    Depuis pas mal de temps déjà, je suis horrifiée (et là, j'exagère probablement) quand Stéphane Marie décide d'apporter des touches de couleurs (très vives, limite fluo) dans ses "Pas de panique".

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    L'autre jour, en attendant la rediffusion de Gardeners' World le dimanche matin, j'ai regardé "The Instant Gardener" avec l'expert en relooking, Danny Clarke.

     

    Dites-moi...

     

     

     

    Le point de départ : un super espace terrasse sur un toit.

    Une très bonne base.

     

    Dites-moi...

     

    Et là, noooooooooooooon !!! Les Anglais ne vont pas s'y mettre aussi !

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

    Les propriétaires semblaient super contents et c'est là le principal en fin de compte, non ?

     

     

    Dans les catalogues et les jardineries, on trouve de plus en plus de mobilier de couleur. C'est que ça doit marcher.

    Est-ce l'influence de ces émissions tendances ?

     

    Dites-moi...

     

     

    Pour ma part, je suis très conventionnelle et j'aime quand le mobilier se fond dans les plantes. 

    J'aime le bois brut de la table.

     

    Dites-moi...

     

    Mes chaises sont colorées certes mais dans un vert olive qui s'accorde à la verdure environnante.

     

    Dites-moi...

     

    Les pots sont tous en terre cuite sauf un, vernissé dans les tons verts aussi.

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

    Dites-moi...

     

    Les couleurs, ce sont les fleurs qui les apportent.

    (imaginez si le transat était coloré...)

     

    Dites-moi...

     

     

    Ce qui me fait rire, c'est quand j'entends une certaine élite dire que le vert repose l'oeil et qu'il ne faut pas trop de floraisons.

    Ce sont ces même personnes qui vont nous éblouir avec des transats au design contemporains et on ne peut plus flashy !

    Allez comprendre...

     

    Ici, je suis dont très "old school" surtout aussi parce que le style de mon jardin s'y prête,

    mais j'apprécie chez d'autres, certains apports de couleurs ci et là, tant que c'est avec parcimonie et harmonie.

     

    Chez Renée, par exemple, sous le soleil écrasant l'été, ces voiles ne choquent pas :

     

    Dites-moi...

     

     

    Chez Fabienne, l'assortiment de pots bleus est en parfait accord avec le style moderne de sa maison :

     

    Dites-moi...

     

     

    Et quand elle choisit de mettre un note de rose soutenu (sa couleur fétiche), c'est pour faire écho aux floraisons :

     

    Dites-moi...

     

     

    Chez Claudine et Michel aussi, la couleur des boiseries et du mobilier de jardin sont parfaitement

    en accord avec le style flamand de la maison de briques.

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     Renée, Fabienne et Claudine, je me suis permise de piocher dans vos photos pour illustrer mes dires.

     

     

     

     


    55 commentaires
  •  

     

    ... la semaine dernière, j'évoquais cette tendance "rien n'entre et rien ne sort du jardin".

    Certains ne s'autorisent donc plus d'apport d'engrais aux plantes sinon le compost maison.

    Et vous, nourrissez-vous encore vos plantes ? Avec quoi et lesquelles ?

     

     

    Je sais que le sujet a déjà été évoqué l'an passé à pareille époque mais je serais curieuse de savoir si, à la lueur des "nouvelles tendances", vous avez changé d'avis ou évolué. 

    Il y a quelques jours, Caroline posait la question suivante sur Facebook :  "j'ai acheté de l'engrais fumier de vache en tourteaux. Je peux l'utiliser sur quoi?"

    Réponse de Didier Willery qui a souvent été cité ces derniers temps dans vos commentaires : "Moi je dirais : sur rien du tout ! cela déstabilise l'équilibre des sols , fait pousser anormalement les Plantes en les rendant plus sensibles aux maladies, et stimule l'apparition d'orties et de liserons qui sont les régulateurs naturels des excès de fumures animales.... fumiers et engrais de tous bords sont inutiles, voire nuisibles dans un jardin !! Observez une forêt : personne ne met d'engrais et pourtant on "récolte" de très gros arbres !!!"

     

    Sauf qu'ici, comme le disait Charlotte, on parle de jardins d'agrément. Voici mon avis. 

    On va commencer par les rosiers car ce sont ceux dont j'ai le plus d'expérience. J'ai bien dit expérience. Je ne m'érige pas du tout en experte ès roses.

    Dans mon jardin, comme je l'ai écrit dans mon livre "Roses", je leur apporte en fin d'hiver un compost bien décomposé du style Or Brun spécial rosiers mais avec plus de 200 rosiers, j'ai rarement le budget et je me contente du compost fourni par mon parc à conteneurs (= déchetterie) qui le fabrique à partir de nos déchets verts. Si j'étais plus riche, j'appliquerais du Secret Vert ou du Tonnerre d'Engrais.

     

    Dites-moi...     Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

    Ensuite, fin mars, fin mai et fin juin, j'apporte une bonne poignée d'engrais en granulés, organique, spécifique rosiers que j'achète chez Aldi. C'est vrai qu'il n'est pas très concentré (4-6-4) et que Daniel me dit toujours que c'est comme mettre une perfusion; mais je l'utilise depuis presque 20 ans et ça fonctionne bien.

     

    Dites-moi...

     

    A part peut-être ceux à petites fleurs comme Ballerina, Tapis Volant ou encore The Fairy, les Rugosa, les rosiers sont en général très gourmands et quand on les nourrit bien, on peut observer une nette différence au niveau développement, floraison mais aussi résistance aux maladie. J'observe aussi une meilleure remontée en fin d'été.

     

    Dites-moi...

    Roses de septembre

     

     

    Chez David Austin, on préconise aussi des apports réguliers d'engrais.

     

    Dites-moi...

     

     

     

    A la Roseraie, la terre n'étant pas top, on n'a pas lésiné à la plantation en avril : Secret Vert, mycorhizes, bokashi, Secret d'Or et briquettes de plantation. Les effets bénéfiques ont pu être constatés cet été. Il y a deux semaines, je leur ai remis une bonne couche de Secret Vert.

     

    Dites-moi...

     

    On rejoint à nouveau le débat de la semaine passée : gazon moquette ou bien pelouse style prairie ? Je n'ai pas vraiment un green de golf mais j'apprécie quand même quand l'herbe est bien verte, bien dense et moelleuse sous les pieds. Et pour obtenir ce résultat, hormis l'aération, un apport d'engrais spécifique s'avère utile.

     

    Dites-moi...           Dites-moi...

     

     

    Pour ce qui est des annuelles, là, y a pas photo entre celles que vous allez nourrir chaque semaine et celles où vous n'apporterez que de l'eau.

    J'ai toujours bavé devant les hanging baskets d'Outre-Manche et pour obtenir un tel résultat, il n'y a pas 36 solutions,

    sinon qu'un apport régulier de nourriture. Beaucoup de grandes marques vous proposent ces engrais pour jardinières, potées et paniers suspendus.

    Mais c'est en allant chez De Nachtwaker, le spécialiste en fuchsias que j'ai compris que tous n'avaient pas la même efficacité.

     

    Dites-moi...

     

    Leur secret, le voici : un engrais 20-20-20.

     

    Dites-moi...

     

    Et le résultat chez moi :

     

    Dites-moi...

     

     


    32 commentaires
  •  

    Attention, sujet sensible ! Non, on ne parlera pas des petits agneaux qui seront sur certaines tables en ce week-end de Pâques.

    Néanmoins, mon sujet pourrait susciter de vives réactions. Je tiens à vous rappeler qu'on est sur un blog et que j'ai le droit, moi aussi, de donner mon avis dans cette rubrique interactive. Il ne s'agit pas de venir crucifier certaines opinions mais plutôt de venir partager son expérience, sa vision des choses dans le plus grand respect de l'autre.

    Bonne lecture et merci pour votre intervention. Joyeuses Pâques,

    Isabelle

     

     

    ... comment arrivez-vous à concilier le fait d'avoir un beau jardin et 

    à suivre la tendance qui est de laisser le jardin se débrouiller tout seul en étant le plus écolo possible ?

     

     

    En lien avec l'opération "Un printemps sans pesticides", on nous présentait la semaine passée, à la radio, un jardinier de ma région qui a opté pour, ce qu'il appelle un jardin mal rasé. Il pousse même le bouchon à laisser quelques m³ aux orties qui lui serviront à préparer des purins.

    (cliquer sur la photo pour lire l'article)

     

    Dites-moi...

    © Denis Vanderbrugge - RTBF

    Un jardin à son image...lol

     

     

    De plus en plus, on lit des jardiniers qui appliquent le "rien n'entre et rien ne sort du jardin". On transforme tous les déchets en compost, c'est très bien (mais pas toujours réalisable dans un petit jardin). On laisse les plantes séchées tout l'hiver et on ne nettoie qu'au printemps, fin mars, voire même fin avril, je lisais l'autre jour. On casse les branches pour en faire un broyat qu'on laisse dans le massif pour pailler. Après avoir désherbé nous dit-on. Mais comment on fait pour désherber dans tout ce bazar ??? Faudra qu'on m'explique...

     

    Dites-moi...

     

    Personnellement, je taille et j'élimine déjà un bon nombre de vivaces défleuries à l'automne. Histoire de gagner du temps au printemps où les travaux ne manquent pas. Tant pis pour la structure du jardin l'hiver (j'hiverne de toute façon), les belles photos de givre et les insectes ont suffisamment de quoi faire avec tout ce qu'il reste.

     

    Sur Facebook, j'ai même croisé un groupe dont le nom est tout un programme :

     

    Dites-moi...

     

    En voici la description :

     

    Dites-moi...

     

    On est presque noyés dans cette tendance "cool attitude" au jardin. Certes, tout geste soucieux de l'environnement est bon à prendre mais pas toujours facile à concilier avec l'image de jardins de rêve que l'on a via les magazines, les émissions tv.

    Moi ce qui me fait rêver, c'est ceci :

     

    Dites-moi...

    Le Jardin d'Enteoulêt

     

     

    Dites-moi...

    The Purple border at Sissinghurst

     

     

    Dites-moi...

     Un agencement judicieux et harmonieux de potées à Great Dixter (photo hortitopia)

     

    Bref, des jardins très manucurés, très maîtrisés avec beaucoup de travail derrière. Des gazons dignes de terrain de golf qui servent d'écrin parfaits pour mettre en valeur tout le reste. Les mauvaises langues (ou les jaloux) diront que pour obtenir un tel résultat, on a dû utiliser des engrais, des désherbants et autres produits à bannir. Peut-être. Ces derniers mois, je sens une grande vague moralisatrice sur le net. C'est bieeeeeeeeeen... C'est mâââââââlllllllll ! Comme pour la nourriture, on veut nous faire culpabiliser, nous imposer un point de vue de manière sectaire. D'ailleurs, je n'oserais même plus parler de l'entretien du gazon de peur de me faire lyncher en avouant que j'utilise du Gazon Propre de chez DCM qui me permet de ne pas avoir à abîmer mon dos déjà mis à rude épreuve dans les massifs !

     

     

    Beaucoup de travail pour avoir un beau jardin... D'ailleurs, je soupçonne les adeptes du laisser faire au jardin d'être un peu fainéants sur les bords. Soit par volonté d'en faire moins et de profiter plus du transat (et je ne leur jette pas la pierre), soit par manque de temps (leur job les empêche de consacrer le temps qu'ils désirent au jardin).

    Ici aussi, le monde de l'édition a sauté sur le créneau :

     

    Dites-moi...

     

     

    "Un espoir pour les vieux, les malades et ceux qui n'ont pas le temps !", dixit Annick qui en a fait une critique très intéressante sur son blog.

     

    Pourtant, il y a quelques années, j'avais l'impression d'être hors norme quand je tolérais quelques "mauvaises herbes" au jardin parce que je les trouvais belles ou intéressantes pour mes bouquets. C'est ainsi qu'on a pu voir fleurir du cerfeuil sauvage, des graminées sauvages, des petites persicaires maculata et même des pissenlits.

     

    Dites-moi...

     

     

    En fait, je devais être tout simplement très en avance sur mon temps mais je vais vous avouer que je ne suis pas prête à aller plus loin. Ma pelouse restera toujours un gazon, j'y tiens; je continuerai à beaucoup planter en pots même si pour ça, je consomme pas mal d'eau; idem pour les paniers suspendus; je continuerai à bien nourrir mes plantes car je veux avoir des floraisons opulentes...

     

    Et vous ? Jardin mal rasé ou tiré à quatre épingles ?

     

     

     

     

     

     

     


    48 commentaires
  •  

     

    ... pensez-vous choisir d'autres plantes cette année suite à la longue période de sécheresse 

    que nous avons connue en 2017 ?

    Y a-t-il des plantes que vous allez éviter ou bien, vous dites-vous que c'était exceptionnel ?

     

     

    En 2017, le printemps était terriblement sec et puis l'été est arrivé dans les mêmes conditions. On a même fait des comparaisons avec le fameux été de 1976.

    Au fil des mois, la sécheresse s'est installée en profondeur et le seul moyen de ne pas perdre de plantes était d'arroser et très copieusement.

    Je n'ai pas encore reçu ma facture d'eau mais je crains le pire, les citernes s'étant très vite retrouvées à vide.

    Je me souviens de pelouses grillées mais ça, c'est pas trop grave, ça revient vite.

     

    Dites-moi...

     

    Mais je me souviens surtout d'amateurs d'hydrangeas, complètement dépités. Les fleurs étaient minuscules (quand il y en avait car avec en plus, les gels tardifs de mai, certains n'ont pas daigné fleurir) et le feuillage complètement raplapla en fin de journée.

     

    Dites-moi...

    Des panicules moins volumineux que les autres années

     

     

    Dites-moi...

    Il a fallu beaucoup les arroser pour obtenir des fleurs "potables"

     

     

    Dites-moi...

    Fleurs moins imposantes aussi chez les quercifolia

     

     

    Je n'ai pas de fleurs moches à vous montrer (hélas) car en triant mes photos, je réalise que je capte "positif" : mon objectif évite ce qui est moins beau alors que c'eût été intéressant pour le blog, tant pis.

    Je me souviens que beaucoup d'entre nous étaient près à jeter l'éponge sur le jardinage, écoeurés d'avoir tant oeuvré pour si peu de résultats.

    Or, le week-end dernier, première fête des plantes du côté de la Bretagne et je découvre avec joie certaines Seedloveuses, toutes remotivées et achetant même des hydrangeas. Je me dis heureusement pour les pépiniéristes qu'on a la mémoire courte. On est découragés quand la Nature est ingrate mais deux saisons plus tard, on repart déjà sur de nouveaux projets, de nouvelles plantations.

    On ne peut nier qu'un réchauffement climatique s'opère partout même si Trump affirme le contraire. On doit quand même en tenir compte. Je vous dispenserai de leçon de morale sur l'importance de préserver nos nappes phréatiques (même si les agriculteurs et les grosses entreprises eux, ne se gênent pas). Rien que le prix en perpétuelle augmentation finira par vous freiner.

    Le choix des plantes est aussi un bon moyen de limiter les arrosages. En effet, certains végétaux tolèrent bien mieux le manque d'arrosage que d'autres. Observez en plein été, les plantes qui se développent correctement dans votre région et vous aurez une idée des plus résistantes. Pensez aux graminées que l'on plante de plus en plus dans nos cités balnéaires. Le choix est très vaste (souvenez-vous de ma visite chez Tinneke).

    On pourrait privilégier certaines plantes du Sud, peu consommatrices en eau mais le problème, ce sont nos hivers qui restent froids et humides, pas bons pour celles-ci.

    Un bon paillage est également une solution pour limiter l'évaporation en eau mais encore faut-il en trouver un qui vous plaise au point de vue esthétique.

    Personnellement, aucun ne me satisfait visuellement, alors, j'ai choisi de planter serré. Les vivaces recouvrent très vite toute la terre qui ne reste pas nue très longtemps au printemps.

     

    Parmi  les publications parues en 2017, livres et magazines, on a abordé le sujet en long et en large :

     

    Dites-moi...              Dites-moi...

     

    De bons articles aussi, sur le blog de Promesse de fleurs. Cliquez sur les images respectives pour les relire.

     

    Dites-moi...     Dites-moi... 

     

       Dites-moi...

     


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique