• Dites-moi...

     

     

    ... vous est-il déjà arrivé d'acheter deux fois la même plante parce qu'elle était présentée sous un nom différent ?

    Utilisez-vous encore le nom commun de la plante ou bien son nom latin ?

     

     

    Récemment, je me suis laissée avoir parce que ma connaissance du nom était insuffisante. J'ai en fait acheté un selenium tenuifolium, pensant qu'il s'agissait d'un autre selenium que le wallichianum que je possède déjà. Or, arrivée à la maison, après avoir effectué une petite recherche sur le net, je m'aperçois que c'est chou vert et vert chou ! Le nom entier de cette magnifique ombellifère est selenium tenuifolium wallichianum.

     

    Dites-moi...

     

     

    Je sais, David, si j'avais eu un bidule avec la 4G comme toi, j'aurais pu avoir ma réponse même sur une foire aux plantes ! Mais je vais vous avouer que, question technologies, mis à part mon PC ultra-rapide à la maison, je m'évertue à garder mon vieux Nokia à la vitre fêlée qui ne fait que "téléphoner" !

    Maintenant, j'aimerais aussi que les pépiniéristes soient plus précis dans leurs dénominations sur les étiquettes (même si c'est parfois long).

     

    Ces derniers jours, j'ai vu passer pas mal de critiques concernant le projet de loi (en France) visant la suppression de certaines options "langues mortes" au collège. Déjà, ce genre de publication sent la désinformation à 200 % car il ne s'agirait en fait pas de suppression du latin et du grec mais du remplacement de ces cours tels qu'ils l'étaient jusque là par un enseignement consacré aux langues et cultures de l'Antiquité. Bref, il sera toujours possible d'acquérir des notions de latin bien précieuses pour les botanistes mais aussi par les jardiniers que nous sommes. Je ne reviendrais pas sur l'intérêt de parler tous le même langage : je l'avais déjà évoqué lors du Seeds of Love.

     

    Dans le monde des roses, je parie que la même mésaventure vous est déjà arrivée car les roses portent souvent plusieurs noms (selon les continents où elles sont distribuées) quand elles ne sont pas appelées par leur nom d'enregistrement.

    Ainsi, parfois, on peut trouver dans le commerce, la rose vendue sous le nom de Saint-Exupéry ou de Waltz Time et c'est en fait la même rose !

     

    Dites-moi...

     

    Enfin, pas vraiment... car la Saint-Exupéry dont je vous parle est une création de Delbert-Chabert en 1961 mais sur le site de Georges Delbart, on  trouve une Saint-Exupéry, créée en 2003 d'un rose indien qui n'a rien à voir avec le mauve passé de la première. Une histoire à s'arracher les cheveux !!! Imaginez-vous commander votre rosier : "je veux le Saint-Exupéry de 1961" !!!)

     

    Dites-moi...

     

    De même, sur un site de vente hollandais bien connu, on retrouve la plupart des Austin sous leur nom d'enregistrement. Il faut savoir, par exemple, que si vous commandez Ausgold, vous recevrez en fait un Golden Celebration.

     

    Dites-moi...

     

     

    De nouveau, cela sème la confusion chez les non-avertis qui penseraient acquérir quelque chose de nouveau.

     

    L'idée me traverse parfois la tête que c'est peut-être voulu, histoire de nous faire acheter encore et encore pour des choses pas si nouvelles en fin de compte...

     

    Je me pose aussi souvent la question à propos de certains géraniums à qui on donne des noms différents, créant ainsi plus de variétés alors qu'elles se ressèment chez moi abondamment dans une large gamme de nuances différentes.

    Prenons le géranium nodosum. J'en ai des mauves, des lilas, des roses pâles et des blancs. Impossible de vous dire s'il s'agit des variétés Svelte Lilac, Silverwood ou Simon... J'ai planté un jour un géranium nodosum qui s'est ressemé au point de devenir envahissant et m'a gratifié de toute la palette de couleurs disponibles parmi cette famille.

     

    Dites-moi...

     

    Dites-moi...          Dites-moi...

     

    Dites-moi...

     

    Pareil pour le géranium phaeum. Souvent quand je poste une photo sur Facebook, on me demande "C'est Lily Lovell ? Samobor ? Raven ?" Impossible de vous répondre... j'ai là aussi planté un jour un pheum point à la ligne qui s'est décliné dans des teintes se rapprochant tantôt du marron, du noir ou du violet foncé.

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...            Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

     

    Mon chouchou, le géranium phaeum Calligrapher a aussi tendance à bien se ressemer. Il est plus fidèle dans le coloris mais peut-être plus ou moins foncé et le contraste plus ou moins fort avec le centre.

     

    Dites-moi...

     

     

    Dites-moi...

     

    Tant qu'on y est dans les planches comparatives, je vous propose deux géraniums de la même famille qu'il est difficile de distinguer à moins qu'on observe bien les fleurs. 

     

    Dites-moi...            Dites-moi...

    Geranium phaeum Blauwvoet

     

     

    Dites-moi...

     

     Géranium phaeum lividus majus

     

    Dites-moi...

     

     

     

    Dites-moi...

     Geranium phaeum Blauwvoet - Géranium phaeum lividus majus

     

     

    J'en profite aussi pour faire passer un petit message à Claire : tu sais, le beau géranium que tu m'as offert et qui vient du jardin d'André Eve (qu'il appelle Marbree). Après mon passage chez Algera, le spécialiste belge du géranium, il s'agit en fait de Rose Madder. Voilà un mystère de résolu même si dans un coin de ma tête, il restera le géranium Marbree d'André.

     

    Dites-moi...

     

    Bref, je me suis un peu égarée dans ce post mais c'était l'occasion aussi de vous montrer à quel point, en botanique, il est important d'être précis dans les noms et dans les descriptions.

    En faisant des recherches pour cet article, j'ai découvert que le géranium Lily Lovell possède des fleurs violet pur (ça, j'ai) mais surtout un très joli feuillage vert clair (ah ! voilà pourquoi il est différent !)

    Voilà pour les puristes. Mais nous, simples jardiniers cherchant à créer de jolis massifs harmonieux, on les aime tous, non ?

     

    Dites-moi...

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Mai 2015 à 06:06

    Bonjour. En fait, la consultation des sites internet ajoute encore à la confusion. Dans notre cas, nous avions acheté un geranium oxonianum thurstonianum ( ouf...!! c'est dit) mais il s'est hybridé et se décline parfois en pétales rose clair, rose foncè, mauve... et sur le net, les photos, pour ce même géranium sont parfois différentes. La qualité du sol intervient probablement comme pour la couleur des hydrangeas mais pas moyen de "nommer" ces petits nouveaux. Bon dimanche

    2
    Dimanche 17 Mai 2015 à 08:31
    Catherine D

    Entre les noms latins, les nomenclatures modifiées, les noms vernaculaires d'ici et d'ailleurs ça fait beaucoup et le pékin moyen ne s'y retrouve pas...
    J'ai fait 7 ans de latin et l'usage immodéré du latin au jardin me saoûle un peu. J'ai une amie qui ne sait pas ce qu'est de l'oseille sauvage, par contre elle en a acheté un godet en latin. Bien nommer les choses , oui mais...
    Ravie pour l'ancolie rose, bonne journée à Chantilly !

    3
    Dimanche 17 Mai 2015 à 08:56

    Tu me fais rire, avec les noms latins! Je les adore - je n'ai étudié le latin que pendant 3 mois! - Mais pour moi, il s'agit de la clé de détermination. Mais, je contrôle toujours à plusieurs sources - mes bouquins, le web, un botaniste si besoin est! - avant d'étiqueter! Et j'adore, quand je r trouve un petit nom local qui a toujours une signification qui permet que l'on s'en rappelle mieux. Très bon exercice pour les neurones!

    Mon G. phaeum Angelina et bien difficile à distinguer d'un autre géranium dit "brun"... 

    4
    Martine Marechal
    Dimanche 17 Mai 2015 à 08:57
    Le latin de... Mon jardin est souvent bien utile( j'en ai fait l'expérience il y a peu en Norvege) pour identifier les plantes. Oui a l'étude du latin au collège ! Mais quelquefois le snobisme de certaines "jardinières" m'agace ( voir me saoule) . J'utilise tjs aussi le nom vernaculaire. Et j'ai des rosiers dont j'ignore le nom car quand j'ai commencé mon jardin en 1979 , je n'y connaissais rien et je ne notais rien. Amities
    5
    Dimanche 17 Mai 2015 à 09:35
    catherine

    oui comme les géranium Rozanne et Johnson's blue? en fait d'après ce que m'a dit un pépinièriste, le même géranium sous 2 noms?

    en fait je n'utilise jamais le nom latin (même si j'ai de bonnes connaissances en latin et je n'aimerais pas que l'on ne l'enseigne plus au collège) parce que cela m'ennuie..j'ai certainement tort, après la lecture de ton billet très intéressant!

    j'ai aussi compris pourquoi le jardin est envahi de géranium nodosum dont je connais pas le nom, mais qui sont des descendants tous très différents du premier introduit au jardin!

    merci des précisions, bonne journée Isabelle! (Chantilly?)

    6
    Dimanche 17 Mai 2015 à 09:46

    J'aime beaucoup tous les géraniums que tu présentes, il va falloir que je m'y intéresse de plus près, en particulier ceux à floraison pourpre.

    Bisous

    7
    Novice59
    Dimanche 17 Mai 2015 à 10:05

    J 'ai acheté il y a 3 ans à La Feuillerie un rosier EDEN ROSE à Bruno Parterre, et la premiere chose qu'il m'ait dite sur ce rosier, c'est que c'était un Pierre de Ronsard , mais sous un autre nom. J'appris plus tard avec André Eve qu'Eden Rose etait son nom initial , mais que cela ne marchant pas commercialement, il fut rebaptisé ... on connait son succés ...

    8
    evapetitcoeur
    Dimanche 17 Mai 2015 à 11:18

    Dans les phaeums j'ai acheté Samodor et Claudine Dupont alors les semis s'hybride aussi, le Samodor se ressème souvent très pourpre et quelques fois violet clair ceux là

    je me les gardes pour le moment et donne les pourpres, depuis l'année dernière Margareth Wilson est au jardin pour son superbe feuillage pas encore vu sa fleur alors les semis

    seront la surprise quelques soit la couleur on les aime nos bébés fleurs !!! David a signalé à Valérie qu'elle avait acheté le rosier Opalia mais sous un autre nom chez  Daniel,

    l'ayant vu je crois qu'il a raison vu la ressemblance !!!  J'emploie les 2 le latin le plus souvent et le familier avec des gens moins au courant de la botanique !!!

    Bien sûr j'ai déjà été piégée par des  producteurs aussi .... Bises et bon Dimanche Isabelle ....Colette

    9
    louli
    Dimanche 17 Mai 2015 à 11:33
    J'aime beaucoup ton mot de la fin où je m'y retrouve complètement car à coup sûr, je ne suis pas une puriste !! Mais il est vrai aussi que les étiquetages sont parfois bien compliqués et nous font perdre notre latin...(je pense notamment au site de roses où Help me find est un sacré recours !) Bisous et bon dimanche
    10
    béatricem
    Dimanche 17 Mai 2015 à 13:05

    Je note tout ce que j'achète pour ne pas les acheter en 2 exemplaires! Mais si en plus, une plante a deux noms, alors là, je ne vais pas m'y retrouver! rires

    J'achète une plante sur un coup de coeur, je ne serais jamais une puriste.....

    Bises Isabelle et j'espère que tu as passé une excellente journée!

    11
    Dimanche 17 Mai 2015 à 13:25

    Très intéressant ton dite moi... Pour les roses, la création il y a quelques année des noms d'enregistrement à  donner une solution au problème des rosiers portant le même nom. Je pense à une discussion d'il y à 3 ans entre Geneviève et une des ses lectrices, la première nous avait montré deux  beaux rosiers de son jardin (des Kordes récents) et on lui avait répondu qu'elle s'était faite avoir car ce n'était pas du tout les bons rosiers... ça m'avait chiffonné et donc j'avais cherché sur help me find... 2 minutes après j'avais sans mal compris que Kordes avaient utilisé des noms de rosiers anciens . (et il en a le droit)  Note bien que celle qui avait critiqué aurait dû être plus diplomate et vérifier ses dires...

    Le nom d'enregistrement devrait être à mon avis une mention absoluement obligatoire sur les sites de ventes et les chromo des magasins.  ça permet d'être sûre de ce que l'on choisi, même nom commerciale pour deux rosiers mais obligatoirement 2 noms d'enregistrement différents !  Bon après le site hollandais n'a pas forcément raison de ne pas mettre le nom commercial... pour moi le mieux c'est  de noter Golden Celebration (AUSGOLD) et il reste tous les rosies anciens...

    C'est aussi pour ça que je t'avais dit qu'à mon sens le nom de l'obtenteur et l'année de création manquaient sur ton livre.

    Bon ça ça ne marche que pour les rosiers.  et c'est bien dommage parce qu'après c'est la jungle !

    Je ne te parle même pas des jardineries qui désormais ne vendent les plantes qu'avec le nom du genre... exemple chez Jardiland : Aster ... à chaque fois je pique une colère...  Le problème est là, beaucoup de vendeur prennent les gens pour des idiots qui sont incapable de retenir les noms botaniques...  remarque avec Laly on collectionne les plantes acheté pour une espèce ou une variété X mais qui ne correspondent pas...  merci Jardiland... allez on ne va pas trop raler car celui de Saintes à une qualité : le bon entretien des plantes !

    je râle beaucoup aussi après les livres et journaux (même si pour d'autres raisons je les adore) qui présentent les plantes avec leur nom vernaculaires... NON NON et NON !  Mettre un nom vernaculaire si on veut mais il faut mentionner le nom botanique complet : genre espèce variété  ! Et le lecteur ne sera pas perdu au contraire...

    Je n'ai pas de smartphone (je déteste ça) et donc je ne dois faire confiance qu'à ma mémoire... et ma concentration (le premier no soucy... le second.... eu...)  dans les foires des plantes et pépinières... je n'ai pas eu ta mésaventure... mais uniquement par chance ! 

    Pour ce qui est des hybrides où il faudrait  avoir recours à l'adn pour les différencier... je pense que c'est un problème de fric et là on n'est pas prêt d'en voir le bout !  Ta collection de Phaeum est absolument magnifique, je les aime tous avec où sans nom de variété <3  Louli m'a donné un beau Phaeum sombre, feuille vert moyen non marginé...  Je l'ai nommé "Louli" :) au moins je suis sûr que ce nom lui appartient !   Ton Calligrapher est juste une pure merveille j'en suis gaga ! Il a bien fleuri :) Et la telle Aquilegia a été enregistré dans mon inventaire comme Aquilegia "Gerald by Isa"   J'ai enfin eu un semis spontanée d'Aquilegia... surprise pour 2016 :)

    Cette année au sol je ferai bien attention de préciser, que je présente la variété mère, mais que le résultat peut être différent.  tu sais qu'il faudrait aussi qu'on fasse attention aux variétés récentes protégées par un enregistrement... je pense là surtout aux rosiers et arbustes... enfin on en reparlera cet hiver...

    Bon dimanche !

    ps : plus que 625h !

    12
    Dimanche 17 Mai 2015 à 13:43

    Je me suis rendu compte récemment que certaines plantes portaient parfois plusieurs noms latins,comme stipa tenuissima et nassela tenuissima.Quand aux rosiers je cherchais le Pierre de Ronsard que je ne trouvais pas ,jusqu'à ce que je me rende compte qu'il était vendu ici sous le nom de "Eden Rose"...  J'ai aussi planté il y a quelques jours mon premier geranium phaeum, le "Lily Lovell"...j'espère qu'il se ressèmera...et peu importe la couleur de ses rejetons!!

    Bonne journée!

     

    13
    Dimanche 17 Mai 2015 à 13:58

    ha oui il y a aussi le problème des botanistes qui ne sont pas d'accord sur la classification ou le nom des plantes... comme certaines asters qui vont être renommer... et j'en apsse des vertes et des pas mures...

    14
    emmanuellle
    Dimanche 17 Mai 2015 à 14:06

    Oh moi j'en perds mon latin avec tout les noms et pourtant c'est la base pour la connaissance des plantes je trouve.

    Je me réfère au web si j'ai des doutes ah certaines lectrices dont toi tu fait partie sont fortiches.............

    En lisant les commentaires tu seras revenue de Chantilly avec plein de bon souvenir

    15
    Lina
    Dimanche 17 Mai 2015 à 15:46

    Beaucoup pourrait être écrit sur les divers points que tu soulèves. Avoir ou non étudié le latin n'est pas nécessaire pour utiliser le nom complet d'une plante et savoir de quoi l'on parle exactement surtout si votre interlocuteur ne parle pas votre langue. Je hais globalement les téléphones et leur pseudo communication  ( fixes et portables confondus) mais j'utilise souvent le smartphone de mon cher et tendre pour vérifier surtout la rusticité et les besoins d'une plante qui me tente. Je croise souvent les infos sur le net et globalement je m'en sors bien. Pour les cultivars et les semis spontanés... particulièrement des géraniums, ce n'est pas comparable, ce que l'on obtient par semis est très aléatoire et c'est normal, les cultivars normalement sont fixés et une plante vendues avec un nom complet est tenue à une certaine conformité. Maintenant, dans les rosiers par exemple , même certaines mutations naturelles (les 'sport' ) ne sont pas toujours bien stables ainsi le ' White Koster' qui me fait une fleur blanche pour 5 autres roses ou rouge franc, je n'ai pas discuté, il a changé de massif et voilà !

    Pour la classification, j'ai décidé de continuer à utiliser celle de Linné, c'est à elle entre autre que l'on doit l'utilisation du latin dans la nomenclature. Celles à partir de l'ADN me paraissent encore balbutiantes et peu stables.

    J'avoue aussi que je suis maître en mon jardin et mon coeur , si je décide d'appeler un rosier de telle ou telle façon pour une raison personnelle, je n'ai aucun remord... le tout est de pouvoir partager la bonne info avec un maximum de personnes. Quand je nomme une plante sur certains de mes albums photos publics, j'utilise le latin d'abord, le français ensuite (mais pas les noms vernaculaires) et l'anglais. Bon Dimanche à tous. bisous!

      

    16
    Dimanche 17 Mai 2015 à 15:51

    Bon moi évidemment, je n'utilise que les noms latins : déjà qu'on s'y perd parfois avec ceux là, avec les noms vernaculaires c'est carrément le bazar ! Je suis bien d'accord avec toi concernant les variétés qui se ressemblent tant qu'on se demande pourquoi elles ont des noms différents... J'imagine que des plantes très proches apparaissent simplement dans des pépinières différentes, et que chaque pépinière peut ainsi en revendiquer la création avec un nom associé. J'ai chez moi un g. phaeum 'Walküre' qui ressemble trait pour trait à tes lividus majus et blauwvoet ! Enfin pour celui d'André, c'est supposé être un semis spontané de son jardin : soit il a acheté 'Rose Madder' et il l'a oublié (mais il étiquette tout, alors je ne crois pas), soit un de ses semis s'est révélé très proche de 'Rose Madder'.

    17
    Lundi 18 Mai 2015 à 07:22

    Effectivement c'est toujours un peu compliqué pour moi. Mes connaissance en latin étant limité j'ai longtemps utilisé que les noms communs. Petit à petit grâce aux blogs et à un de mes livres de chevet cela commence à rentrer dans ma petite tête et effectivement je trouve le latin très pratique ainsi je suis certaine de parler de la même plante. Par contre je suis souvent déçu de l'étiquette des pots même dans de belles fêtes des plantes.  C'est tout de même assez souvent qu'il n'y a pas d'étiquettes ou que c'est inscrit à la va vite dans une écriture illisible sur le pot ou de façon très incomplète.  C'est souvent le cas des plantes devenu à la mode tels que les géranium. Et ne parlons même pad des jardineries qui indique seulement vivaces sur une étiquettes.  Pas simple de s' y retrouver. Bisous

    18
    Lundi 18 Mai 2015 à 21:16

    Me voilà...Je prends enfin le temps de venir apporter mon grain de sel à ton "dites moi" :) Pour reprendre la conversation que nous avons eu à ce sujet à Chantilly (oh que c'était bien), j'ai déjà connu ce genre de mésaventure avec les clématites : beaucoup d'entre elles sont produites en Pologne et sont donc présentées en premier lieu avec un nom polonais qui se retrouve francisé pour être mises en vente chez nous. D'où des imbroglios et des confusions sur les variétés. Tiens, et puis celle que Momo a offerte à St Jean : il l'a appelé Paniculata et on la trouve aussi sous l'appelation clematite terniflora, maximowicziana, sweet autumn clematis ou même discoreifolia...il y a de quoi s'y perdre :/

    Maintenant, je cède moins à la collectionnite qu'avant. Je ne craque que pour des cultivars qui ne ressemblent pas déjà, de prés ou de loin, à ceux que j'ai au jardin. Si il faut examiner une plante à la loupe pour la distinguer de sa cousine placée dans un autre massif, ça ne m'intéresse pas. Dans ce cas, autant avoir la même. Après tout, mon jardin n'est pas une encyclopédie botanique qui doit décliner toutes les variétés.

    A la lecture de ton post, je comprends pourquoi tu as examiné si attentivement le géranium phaeum Adoué ;)

    Bisous

    19
    Danylines
    Lundi 18 Mai 2015 à 23:11

    Le nom latin bien sur est le plus important!

    pour les rosiers, c'est plus compliqué, mais le nom d'enregistrement et l'année devraient être joints au nom de baptême!

    20
    Lundi 18 Mai 2015 à 23:14

    Ton article tombe à point nommé ! Je suis tombé en admiration devant la première floraison de mon  Phaeum (samobor peut-être), je lui ai trouvé son pendant blanchâtre, presque gris : "Marchand's ghost". Sur le net, on ne trouve pas grand chose le concernant, le pépiniériste m'a dit qu'il en avait tout comme toi dans toutes les gammes du violet foncé au blanc avec les semis spontanés.  Ca tombe bien, j'en veux partout et j''ai hâte de voir leurs petits chez moi :-)

    Sinon je suis pour l'utilisation des noms latins, les noms vernaculaires désignent parfois des plantes complètement différentes, les "vendangeuses" : aster ou sternbergia lutea ? Coeur de Jeannette : dicentra spectabilis (coeur de Marie) ou impatiens Balfouri ? Et puis avec l'habitude, c'est pas si compliqué le latin !

    Bonne soirée !

    PS : Ah j'ai oublié, il y a aussi plusieurs rosiers "Celeste"...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :